SÉRIE Vacances en Poitou-Charentes : Manu BIGARNET, créateur de spectacle de voltige équestre sur l'île de Ré.

Manu à la baguette pour coucher le cheval d'une star / © Marie-Ange Cristofari - FTV
Manu à la baguette pour coucher le cheval d'une star / © Marie-Ange Cristofari - FTV

Longtemps membre de la troupe Zingaro, Manu Bigarnet poursuit la voltige équestre, à domicile, sur l'île de Ré. L'été, il accueille des stagiaires de tout âge et tout niveau pour leur en apprendre les ficelles. Et puis, il y a aussi le tête à tête avec l'animal tout simplement.

Par Marie-Ange Cristofari

Nous avons rencontré Manu un jour de canicule, tout fin juin. Vous allez l'apercevoir dans ce reportage, la chaleur n'a pas été sans effets sur les animaux, plus fatigués, moins coopératifs. Au moment d'emmener ses deux mules travailler, il y a eu comme un vent de rébellion ! Un petit "cirque" dont se serait passé notre dresseur ! Ajoutons qu'une équipe de tournage et son attirail peuvent être impressionnants : nous étions trois, moi avec mon ombrelle, Stéphane avec sa caméra, mais surtout Florent avec son micro camouflé sous une housse chevelue, et au bout d'une longue perche. Nous détonions un peu dans leur paysage habituel... Mais le dresseur a repris la main, avec l'aide de Pantin, son cheval fétiche qui joue un rôle de pacificateur. Volontario, la mûle mâle, était déjà harnaché, Pantin s'est laissé passer le licol... Ensuite seulement, la fougueuse Capitana est rentrée dans le rang, encadrée par les deux autres jusqu'à la sortie de l'enclos.

Dresseur voltigeur
Portrait de Manu Bigarnet, installé à Loix, sur l'île de Ré

 

Issu de la toute première promotion de l'école du cirque de Châlons-en-Champagne, Manu Bigarnet a mené une carrière d'acrobate à cheval aux côtés du célèbre Bartabas. Arrivé à la quarantaine, il quitte la vie de "saltimbanque" et la région parisienne où sont établis les Zingaro pour mener ses propres projets. Ainsi, Manu propose, à Loix, des initiations à la voltige équestre, ou des stages de perfectionnement pour les élèves de Châlons, il prépare ses spectacles aussi... Et, à l'occasion, il rend également service à ceux qui ont besoin d'un dressage pour leur monture. C'est d'ailleurs ce que nous avons pu observer lors de notre passage. Il avait en pension deux chevaux d'un célèbre acteur français, l'un d'eux à "coucher". Pas de démonstration spectaculaire de voltige, la forte chaleur ne le permettait pas. L'occasion de mieux comprendre la subtilité de ce dialogue entre l'homme et sa monture.

Pourquoi des mules ?

Pour compléter son écurie, Manu a fait l'acquisition de deux mules, un frère et une soeur. Ces mules viennent d'un élevage de Séville, en Espagne, où elles étaient destinées à "tracter" le corps du taureau vaincu par le toréador. Pas sûr qu'elles aient eu le temps de vivre cette expérience, Manu les a surtout choisies pour leur longévité, pour en faire des partenaires de voltige au long cours, pour les spectacles à venir. Outre ce travail de dressage spécifique, il n'oublie pas de leur offrir la dépense d'énergie dont elles ont besoin en les attelant à une calèche pour une promenade quotidienne.

Quelques informations sur le spectacle de cet été été par ici.

Sur le même sujet

Hervé Brunaux raconte les Joliot-Curie à Clairvivre

Les + Lus