L'aéroport de La Rochelle retrouve peu à peu son activité

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Goux

Après de longs mois sans activité, l'aéroport de La Rochelle-l'Île de Ré retrouve peu à peu son trafic. Plusieurs lignes ont repris du service, mais le remplissage des avions n'est pas encore au rendez-vous.

 On est encore loin des 233.000 passagers accueillis en 2019, mais l’aéroport de La Rochelle-l’Île de Ré a repris une activité partielle depuis le déconfinement. Les trois mois de fermeture ont laissé des traces. Quatre lignes sur quatorze ont été fermées. Le personnel a été mis au chômage partiel. Mais l’optimisme revient un peu, avec la réouverture de certaines lignes. Des liaisons en France, dans un premier temps, Lyon, Nice et depuis juillet, des trajets internationaux sur Londres ou Dublin.   

Le premier soulagement, ça a été le retour des compagnies internationales. Mais on est quand même très loin des valeurs de 2019, de la belle époque.

Thomas Juin, directeur de l'aéroport La Rochelle-L'Île de Ré

Tout n'est vraiment pas comme avant, les voyageurs d'affaire ne sont plus aussi nombreux qu'avant. Le télétravail et les visio-conférences ont rendu superflus et trop coûteux de nombreux trajets en avion. Le train, moyen de transport plus écologique que l'avion, a aussi séduit plus de passagers. Mais certains voyageurs, comme Claudia rencontrée ce lundi matin à l'arrivée du vol de Lyon continuent de préférer l'avion. "C'est plus rapide, et puis j'avais pas envie de passer sept heures de trajet dans le train."
Même chose pour Éric qui arrive aussi de Lyon : " En train, il fallait remonter à Paris puis redescendre, c'est plus long."

Un protocole sanitaire dans l'aéroport et dans les avions

L'aéroport a dû s'adapter aux nouvelles règles sanitaires. Le port du masque est obligatoire dans l'aérogare et durant tout le trajet dans l'avion. Des dépistages du Covid-19 sont proposés aux voyageurs qui arrivent des vols internationaux.  Ceux qui le souhaitent se font dépister en arrivant, mais les passagers jouent assez bien le jeu selon le directeur. 
Cette année, compte tenu de la crise du coronavirus, on n'attend que 63.000 passagers dans l'aéroport.