"Ça évite le gâchis" : comment La Rochelle est devenue la première ville en France à expérimenter le tri des déchets

En 1974, La Rochelle est devenue la première ville de France à expérimenter un service de recyclage des déchets. Cinquante ans plus tard, le centre de tri va être modernisé.

En 1974, les Rochelais ont une nouvelle habitude à prendre. Déposer sur le trottoir les cartons et les bouteilles en plastique usagés tous les jeudis. Une initiative qui ravit les habitants interrogés par France 3 à l'époque : "Ça fera moins de gâchis !" se réjouit une Rochelaise, comme en témoignent les images d'archives de l'Ina.

C'est historique : c'est la première fois qu'une mairie organise un tri sélectif en France. L'idée vient d'André Dubosc, adjoint au maire de l'époque, Michel Crépeau, avec des arguments à la fois écologiques et économiques : les cartons récupérés peuvent devenir de la pâte à papier, qui coûte très cher.

"Ça crée une certaine fierté"

Maxime Bono, ancien maire de La Rochelle, a bien connu André Dubosc. Il était là quand l'expérimentation du tri sélectif a démarré : "Je me souviens de la campagne qu'il avait mise en place, il y a de l'or dans vos poubelles. Du côté des habitants, comme toutes les expérimentations, ça crée une certaine fierté d'être parmi les pionniers."

Mais l'aventure s'arrête trois ans plus tard, trop coûteuse pour la collectivité. Il faudra attendre près de 20 ans pour reprendre les bonnes habitudes, dans les années 1990. Aujourd'hui, les conteneurs ont fleuri dans toute la ville, mais les Rochelais ont semble-t-il perdu leur avance.

INFOGRAPHIE. Combien de déchets sont livrés chaque année au centre de tri de l'agglomération de la Rochelle ?

"On s'est un peu usés, il faut se régénérer, concède le maire Divers gauche de La Rochelle, Jean-François Fountaine. Il faut que les citoyens fassent le tri, mais aussi que les équipements de tri qui séparent le plastique soient modernes", poursuit-il. Pour répondre à ce défi, l'usine de Salles-sur-Mer va s'agrandir pour traiter les déchets de 600 000 habitants de Charente-Maritime : 40 millions d'euros d'investissement sont prévus au cours de l'année 2025. 50 ans après les premiers pas, le tri est devenu un enjeu majeur.