Champions Cup : succès bonifié et nouveau petit trou d'air pour le Stade Rochelais face à Bath

Publié le
Écrit par Pascal Foucaud et AFP

En remportant samedi soir à Deflandre une victoire bonifiée (39-21) face à Bath, les Jaune et Noir ne sont désormais qu’à quelques encablures des 8e de finale de la Champions Cup. Il faudra donner le meilleur samedi prochain face à Glasgow et surtout corriger le relâchement qui a, encore une fois, émaillé la fin de la rencontre face aux Anglais.

Il fallait peut-être y voir un signe. L’épais brouillard et le froid qui pesaient hier soir sur la pelouse de Marcel-Deflandre pourraient résumer à eux seuls, la séquence du match que retiendront une partie des 5.000 spectateurs présents dans les gradins. La caravelle jaune et noire tenait fermement son cap et menait même de 18 points à dix sept minutes du coup de sifflet final, après avoir engrangé l’essai du bonus offensif.

On a bien maîtrisé le match, on a mis Bath sous pression d’entrée. On a eu des vertus avant la mi-temps quand ils étaient devant notre ligne. On a montré du caractère en n’encaissant pas de points 

Romain Carmignani, entraîneur adjoint du Stade Rochelais en charge des avants

Trois essais encaissés en six minutes 

Il faut dire que les internationaux étaient en pleine forme, Alldritt en tête. "Il a été le fer de lance de l’équipe", souligne Romain Carmignani. 

Les Atonio, Danty et Dulin n’étaient pas en reste jusqu’à ce que l’entraîneur O’Gara décide de laisser souffler ses cadres. Et c’est là que le trou d’air se produit. Les Anglais pris d’un sursaut d’orgueil inscrivent 3 essais en 6 minutes. Pas moins.

Si on regarde les trois essais qu’on prend, je crois que ça n’a jamais existé dans le rugby international ou européen. On perd la balle sur deux balles portées où on va presque marquer et sur une mêlée.

Romain Carmignani

Sonnés et piqués au vif, les Jaune et Noir reprennent rapidement la main. Pour autant, ce nouveau passage à vide interroge. En quelques semaines, c’est la troisième fois que les Rochelais se mettent en difficulté, après avoir largement mené au score. On se souvient de la rencontre face au Stade Français (25-20) le 5 décembre dernier ou encore du match contre Castres (31-30) le 2 janvier. Pas encore de quoi s’inquiéter. Le coach des avants s’applique plutôt à souligner les points forts de ses hommes.

Je retiens du positif de ce match. On a vu l’enthousiasme des mecs. On a vu soixante bonnes minutes, l’entame a été bonne, avec de la maîtrise … Ensuite il y a eu du déchet, on a des mecs qui sont rentrés, qui n’ont pas eu beaucoup de temps de jeu. Il y a une petite perte de repères.

Romain Carmignani

Rien de méchant donc à en croire l’entraîneur des avants. Tant mieux, car il va falloir rester concentré samedi prochain lors du déplacement en Écosse. Les Glasgow Warriors attendent sûrement les Maritimes avec impatience, histoire de tenter de laver l’affront après la défaite (20-13) en ouverture de l’épreuve.