Charente-Maritime : des devoirs en drive pour des élèves qui ne disposent pas d'internet

Certains collèges de Charente-Maritime ont mis en place un service de drive pour que les élèves privés de connexion internet puissent échanger des documents avec les enseignants.
Les enveloppes sont mise à disposition des élèves sur les grilles de l'établissement.
Les enveloppes sont mise à disposition des élèves sur les grilles de l'établissement. © Zouein Carmen
Le collège Marc Chagall de Dompierre-sur-Mer en Charente-Maritime propose un système de drive pour les familles qui ne possèdent pas de connexion internet. Les parents d'élèves déposent le vendredi les devoirs des élèves dans les enveloppes, et quand il fait beau, les enveloppes sont accrochées sur la grille de l'établissement. Les réponses des élèves sont ensuite scannées et envoyées aux enseignants.

Les professeurs qui sont en lien avec les élèves nous ont indiqué que quelques collégiens, environ une dizaine sur 800 élèves, n'avaient pas la possibilité de se connecter sur internet, nous avons alors décidé de prêter des tablettes à quelques-uns, pour les autres, nous avons mis en place un sytème d'échanges de documents déposés dans des enveloppes.
Hélène Collignon, principal du collège Marc Chagall.

Des échanges sans contacts

Sur l'île d'Oléron, le collège du Pertuis d'Antioche a également mis en place ce système de drive pour les familles qui ne peuvent pas se connecter avec les outils mis à disposition par les enseignants. 

On s'est aperçu que certaines familles avaient des problèmes de connexion, il s'agit de problèmes ponctuels ou de lignes qui ne fonctionnent pas. Pour ces élèves, l'établissement fait des photocopies, les met sous enveloppes et une fois par semaine, nous mettons les enveloppes à l'extérieur à l'entrée de l'établissement. On respecte scrupuleusement l'écart entre les personnes, les noms des élèves sont inscrits sur les enveloppes. La famille s'arrête devant en voiture et repart. Il faut éviter que les gens se déplacent mais là, on est vraiment à la marge. Tout cela fonctionne bien et ça monte en puissance car il y a aussi des familles qui ont des soucis d'imprimante,
- Laurent Tourneur, principal du collège Pertuis d'Antioche

© Laurent Tourneur
Selon le rectorat plusieurs établissements sont à l'origine d'initiatives destinées aux familles qui ont des difficultés pour obtenir les supports pédagogiques.
Des permanences téléphoniques sont également proposées pour répondre aux questions des parents. 
© Education Nationale - Académie de Poitiers
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société covid-19 santé confinement : école à la maison