Charente-Maritime : feu vert pour les locations touristiques !

Cette maison, construite pour la location, va, de nouveau, pouvoir accueillir les touristes à Yves (17) / © Marie-Geneviève Coutant
Cette maison, construite pour la location, va, de nouveau, pouvoir accueillir les touristes à Yves (17) / © Marie-Geneviève Coutant

Depuis le 17 mars, et l’entrée en vigueur du confinement, toutes les réservations étaient suspendues aux évolutions de l’épidémie, et aux décrets encadrant les déplacements. La préfecture de Charente-Maritime va enfin abroger l’interdiction des séjours touristiques sur le littoral.

Par Marie-Ange Cristofari

"C'est une très bonne nouvelle, mais..." Responsable du tourisme dans le département, loueurs de villas ou hôteliers, ont tous ce même soulagement teinté d'insatisfaction...
La Charente-Maritime, c’est un poids lourd du tourisme en France, et, mécaniquement, dans l’économie locale. Un milliard d’euros par an, voilà ce que pèse le secteur dans ce département bordé par l'Atlantique. Le blocage créé par la pandémie de Covid-19 et les mesures sanitaires prises pour l’enrayer ont évidemment mis un coup d’arrêt à la saison qui débutait.

C’est super !

La Charente-Maritime était le dernier département où était maintenu un arrêté rendant impossible toute location pour motif touristique. Pour Stéphane Villain, président de Charentes Tourisme, le retour autorisé des touristes dès la semaine prochaine est « une très bonne nouvelle ».

C’est une bouffée d’air pur, ça faisait tellement longtemps qu’on attendait ça. Mi-avril, la prolongation de l'interdiction "touristique" jusqu’au 23 juillet avait mis le moral des prestataires dans les chaussettes. Tout le monde était très inquiet. On avait fait le forcing ces derniers temps, alors c’est une belle victoire !
- Stéphane Villain, président de Charentes Tourisme

Restent à préciser les contours du décret officiel, prévu pour le tout début de semaine, pour voir quel est l’encadrement demandé aux professionnels. La Charente-Maritime compte environ 95.000 résidences secondaires, auxquelles s’ajoutent les locations de meublés.

Anne-Charlotte Posson appartient à cette deuxième catégorie. Elle propose deux villas de standing à Châtelaillon. Elle rouvre sans attendre son calendrier aux réservations.

On va plus travailler sur les week-ends, ou sur les mid-weeks. Les clients sont les bienvenus après ces semaines blanches ! D’habitude avril est un bon mois. Là, on enregistre 10 à 12.000 € de pertes. Heureusement, on a pu obtenir de la banque la suspension de l'emprunt pour six mois.
- Anne-Charlotte Posson, propriétaire de deux locations touristiques à Châtelaillon

Dans la même commune, mais dans le hameau pittoresque d’Yves, aux Boucholeurs, Marie-Geneviève Coutant, vice-présidente des gîtes de France pour la Charente-Maritime, loue une maison, depuis 12 ans déjà, aux vacanciers de passage.

Globalement, avec mes collègues, on allait faire une très bonne saison, avec 20% de réservations de plus que l’an dernier. Moi j’avais tout loué depuis décembre / janvier, avec des séjours jusque début novembre ! On est très satisfaits de recommencer.
- Marie-Geneviève Coutant, vice-présidente des gîtes de France pour la Charente-Maritime

Du côté des hôtels, l'enthousiasme est plus mesuré. Les établissements n'étaient pas fermés, mais réservés aux seuls motifs professionnels de déplacement.
À Saint-Palais-sur-Mer, au Sud du département, Christophe Kaas exploite la Villa Ouest, un établissement de 26 chambres.

C’est un premier pas dans notre déconfinement à nous ! Tout le monde se faisait énormément de souci, avec la prolongation de l’état d’urgence sanitaire. Ca redonne un peu de perspectives. On prend les nouvelles comme elles arrivent. En tout cas, les protocoles sont en place.
- Christophe Kaas, hôtelier à Saint-Palais-sur-Mer

On est prêts...

Pour Marie-Geneviève Coutant, à Yves, le retour des touristes passe bien sûr par l’application stricte des gestes barrières. Elle a d’ailleurs reçu de Gîtes de France Charente-Maritime tout un guide de conseils pour bien désinfecter sa location, et des affiches de rappel des bonnes pratiques pour ses clients.

Ce sera un travail supplémentaire pour tous les loueurs. Il y a par exemple un intervalle de 12 heures à respecter entre chaque locataire et avant même de nettoyer. Mais je ne suis pas inquiète. Si tout le monde est raisonnable, ça va bien se passer, il faut prendre des mesures sanitaires précises.

Mêmes précautions pour Anne-Charlotte Posson, avec un nettoyage entre chaque locataire, comme d’habitude mais en plus poussé.

On a prévu de mettre du gel à disposition dans les maisons. On a pu se procurer beaucoup de choses... des masques pour accueillir les clients, leur en confier.

Mais...

Il reste quand même quelques ombres au tableau, et non des moindres... Première sur la liste : la limite des 100 km. Rejoindre une location de vacances ne fait pas (encore) partie des motifs de déplacement autorisé pour dépasser cette distance géographique.

Juillet et Août sont déjà pleins depuis 6 mois, On espère que les 100 kms seront abrogés aussi. Forcément, nos clients sont inquiets de ne pas pouvoir nous rejoindre, on devrait être fixés début juin.
- Anne-Charlotte Posson, propriétaire de deux locations touristiques à Châtelaillon


Elle comme Marie-Geneviève Coutant s’engagent à s’adapter aux souhaits de leur clientèle, choix d'une autre date ou remboursement des acomptes.

C’est normal ! La période est assez difficile comme ça. Avec les reports du début de saison, 2021 est déjà bien entamé.
- Marie-Geneviève Coutant, vice-présidente des gîtes de France pour la Charente-Maritime

Pour elle, supprimer cette limite est rédhibitoire. Les locations "en proximité" ne représentent habituellement que 2% de sa fréquentation.

Les hôteliers espèrent eux aussi que cet obstacle kilométrique tombera. A La Rochelle, Audrey Etoubry Vetele tient l’Hôtel François 1er. Les réservations de cet été ont été annulées.

Les grandes villes sont à plus de 100 km. Ça ne sera que de la dernière minute. La visibilité est encore plus nulle que d’habitude. Ça va se cumuler à l’effet météo… Et tant que les restaurants ne sont pas rouverts…
- Audrey Etoubry Vetele, gérante d'hôtel à La Rochelle

Même analyse pour Christophe Kaas. Les deux mois d’été, c’est 40% de son année.

À part un peu de clientèle d’affaires, on a zéro client. Cette annonce, finalement, ne va pas changer grand-chose pour nous. Les 100 kms nous pénalisent énormément, plus le manque de restauration. L’ouverture de nos collègues restaurateurs sera l’autre bonne nouvelle !
- Christophe Kaas, hôtelier à Saint-Palais-sur-Mer

... Il y a plusieurs mais...

Ce retour possible des touristes concerne donc les locations privées et la réservation de chambre d’hôtels. Les campings ne sont eux pas (encore) sur la liste des heureux déconfinés.

Ce sera mon combat de lundi, obtenir la réouverture des campings. On a travaillé sur tout un protocole. Le point noir ce sont les sanitaires collectifs, mais aujourd’hui, avec le développement généralisé des mobil-home, les emplacements de tente sont réduits et l’utilisation de ces lieux collectifs aussi.
- Stéphane Villain, président de Charentes Tourisme

Autre interrogation des touristes voulant rejoindre la Charente-Maritime, quel sera l’accès aux plages ?

Ils s’inquiètent de pouvoir venir mais aussi de savoir pour quelle possibilité de promenade…
- Marie-Geneviève Coutant, vice-présidente des gîtes de France pour la Charente-Maritime

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus