Cet article date de plus de 5 ans

La Rochelle : la mairie propose plus d'argent et moins de repos aux agents territoriaux

Après la manifestation de plus de 400 agents territoriaux hier et le blocage de l'approvisionnement des cantines, la mairie de La Rochelle a mis sur la table de nouvelles propositions aujourd'hui. La CGT et Sud restent opposés au projet de réorganisation.
La manifestation des agents territoriaux le 9 juin 2016 à La Rochelle à l'appel de la CGT et Sud.
La manifestation des agents territoriaux le 9 juin 2016 à La Rochelle à l'appel de la CGT et Sud. © FTV
"Moins de jours de repos, mais de l’argent en plus, c’est une proposition de scénario" prévient d’emblée Marylise Fleuret-Pagnoux au lendemain de la manifestation des agents terroritoriaux et après une réunion ce matin avec les deux seuls syndicats participant encore aux négociations en cours avec la mairie, FO et la CFDT (ville et CCas).


600 euros en plus par an en 2017

"Nous sommes parvenus ce matin à un consensus. Nous aurions pu supprimer 9 jours et demi de congés aux agents de la ville, de l’agglomération et du CCAS comme la loi nous y oblige, nous avons préféré discuter avec les organisations syndicales". En réalité, il ne reste que deux syndicats sur les cinq au départ des négociations en octobre, mais cela semble suffire aux élus pour avancer . "Chacun doit faire des efforts, tous les agents perdront des jours de congés et de RTT, mais moins que prévu, la journée de travail sera un peu allongée, passant de 7h12 à 7h16, mais en contrepartie, tous les agents recevront 600 euros de plus par an à partir de 2017, un dispositif pérenne."


Un protocole soumis au vote en juillet 

Les élus en charge d’étudier le rallongement du temps de travail pour les 3000 agents concernés estiment que la collectivité fera tout de même des économies car les remplacements d'agents absents ont coûté 3.5 millions d’euros en 2015.
Ce scénario établi par la commission du dialogue social regroupant elus et syndicats, doit maintenant être présenté aux comités techniques des trois entités (Mairie, CCAS et Communauté d'Agglomération) puis soumis au vote le 7 juillet au Conseil communautaire et le 11 juillet au conseil municipal de La Rochelle et du CCAS.
Des comités que les syndicats opposés à cet accord, la CGT et Sud, ont annoncé qu'ils entendaient bien perturber. Ces deux syndicats sont bien décidés à poursuivre leurs actions et réclament le statu quo.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie