"Les enfants sont traumatisés" : un animateur bénévole agressé par des jeunes dans un parc à La Rochelle

Serge Akpalé, animateur bénévole au sein de l'association Soljah Family, s'est fait agresser par plusieurs jeunes, ce samedi 18 mai au parc Kennedy, dans le quartier de Mireuil de La Rochelle. L'incident s'est déroulé pendant un atelier de danse et de musique.

Comme à leur habitude, parents et enfants se retrouvent régulièrement aux alentours du parc Kennedy du quartier de Mireuil de La Rochelle (Charente-Maritime) pour des répétitions de chants et de danses. Le tout, orchestré par l'association Soljah Family et son animateur Serge Akpalé. Si les membres de cette association se retrouvent habituellement au café Azimut, ils se sont installés dehors, ce samedi 18 mai, pour profiter du beau temps.

"La situation aurait pu virer au drame"

À l'approche du gala de fin d'année scolaire, plusieurs répétitions de danse s'improvisent. C'est aux alentours de 18 h que les choses s'enveniment. "Un jeune homme voulait s'essayer aux platines que l'on avait installés, raconte Serge Akpalé. Deux ou trois jeunes s'approchent de lui et sont assez agressifs. Je suis allé les voir et ils nous ont dit que l'on diffusait de la musique avec des gros mots, qui pervertissaient les femmes et les enfants".

Parc Kennedy de La Rochelle, lieu de l'agression.

Serge s'approche des jeunes hommes en tentant de calmer les choses, en vain. "Quelles que soient les paroles que l'on disait, ils devenaient de plus en plus dangereux, ils nous hurlaient dessus. J'ai vu que le jeune homme avait été pris à partie et, au moment de l'écarter, je prends un coup au visage et je tombe au sol", indique l'animateur.

Musique diffusée au moment de l'agression - Maya l'abeille, version shatta (un style de musique populaire aux Antilles, mais aussi en Guyane et sur l'île de la Réunion qui se rapproche de la dance hall, NDLR).

"Tout de suite après, des parents sont venus nous aider afin de s'écarter de ces jeunes et nous isolent. S'ils n'avaient pas été là, cela aurait pu virer au drame", explique Serge Akpalé. On a immédiatement appelé la police, qui nous a escortés jusqu'à notre domicile. Certains disaient qu'ils allaient revenir avec des couteaux."

Soutenu par le quartier, le maire et le procureur de La Rochelle

Serge Akpalé et le jeune homme, agressé lui aussi, ont tous les deux portés plainte. Depuis cet incident, l'association n'organise plus aucune répétition et les enfants se retrouvent sans activité, à quelques jours du gala. "Psychologiquement, les enfants sont traumatisés. Ma compagne aussi était présente au moment des faits... On essaye de remonter la pente, mais le moral n'est pas là", ajoute le bénévole de l'association Soljah Family.

J’ai fondu en larmes quand les enfants m’ont demandé si on allait continuer…

Serge Akpalé

Animateur bénévole de l'association Soljah Family

Malgré tout, Serge Akpalé ne veut pas se laisser abattre et compte bien revenir plus fort. "J’ai fondu en larmes quand les enfants m’ont demandé si on allait continuer… Mais oui, je compte bien trouver un autre endroit de substitution pour faire les répétitions du gala." Si aucune date n'a encore été fixée, le soutien de la ville et de la population lui est d'une grande aide. "Je tiens à remercier le quartier de Mireuil : cela montre la pertinence de notre activité sur le terrain. Je veux aussi remercier Monsieur le Maire et le procureur, qui a pris l'affaire en main."

Selon nos confrères de Sud Ouest, la police a interpellé le principal auteur des violences, ce jeudi 23 mai. Il est convoqué devant le tribunal correctionnel le 14 octobre prochain.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité