Poitou-Charentes : pourquoi replanter des haies autour des champs ?

Depuis 1950, 70 % des haies ont disparu des bocages français et cette érosion continue à se poursuivre malgré les opérations de replantation qui se multiplient dans tous les départements, de façon inégale toutefois.
Le département consacre une enveloppe de 200.000 euros aux projets de replantation des arbres.
Le département consacre une enveloppe de 200.000 euros aux projets de replantation des arbres. © Marc Millet/ France Télévisions
C'est l'une des nombreuses actions menées en Charente-Maritime pour tenter de restaurer le paysage rural. Une replantation de haies a été organisée sur la commune de Berneuil, en Saintonge, pourenseigner les techniques, méconnues ou oubliées, pour bien planter un arbuste, un arbre et au final une haie.

600 kilomètres de haies plantés en vingt ans en Charente-Maritime

A partir de la seconde moitié du XX siècle, les opérations de remembrement, la recherche du profit et l'augmentation de la taille des engins agricoles ont conduit à arracher des centaines de kilomètres de haies et de bosquets. Les plaines ont été transformées en vaste zone entièrement nues et les haies de bocage ont disparu les unes après les autres.
Pendant longtemps, les associations de défense de la nature et les écologistes ont été les seuls à alerter sur les conséquences néfastes de ces arrachages en terme d'environnement, de biodiversité ou de qualité de l'eau. Au début, des années 2000, la prise de conscience s'est élargi. De plus en plus de collectivités et des organismes publics se sont engagés, à des degrés divers, pour favoriser les initiatives de replantations. C'est le cas en Charente-Maritime où le département dispose chaque année d'un budget de 200.000 euros pour financer ces projets. 600 kilomètres de haies ont été plantés depuis vingt ans et les résultats sur le terrain sont désormais visibles même s'ils reste encore beaucoup à faire.

Les objectifs sont atteints. Les arbres que nous avons plantés se sont développés, c'était le premier objectif et, avec les haies, il y a un espace relativement large  qui s'est végétalisé ce qui permet d'avoir une bonne réponse du point de vue de la biodiversité.

Eric Cirou, chargé de mission Paysage-Environnement à la Chambre d'Agriculture de Charente-Maritime

 
0:01 / 1:56 Charente-Maritime : des haies replantées à Berneuil


Des financements possibles du département à l'Europe


Les collectivités territoriales, dans certains cas épaulées par les Chambres d'Agriculture, s'engagent concrètement dans la promotion de cette évolution environnementale. Le rôle des particuliers et surtout des agriculteurs est aussi déterminant. Ils sont de plus en plus nombreux à vouloir retrouver un paysage moins artificiel faits d'immenses parcelles soumises aux aélas climatiques et à la disparition de la biodiversité, des animaux et des insectes.
Aujourd'hui, les agriculteurs représentent la très grande majorité des interlocuteurs d'une association comme Prom'Haies qui s'est donné pour mission d'aider les porteurs de projet en Nouvelle-Aquitaine.
Depuis trente ans, elle leur apporte des conseils et une aide technique pour mener à bien leurs actions. En premier lieu, dans la recherche des aides au financement qui aujourd'hui sont multiples et à différents niveaux. Des subventions peuvent être accordées par la Région Nouvelle-Aquitaine, mais aussi par les départements, à des degrés divers, mais aussi par des financeurs privés. Certaines entreprises comme Léa Nature, Yves Rocher, Bjorg et d'autres encore apportent des fonds pour aider certains projets. L'Europe, avec la nouvelle PAC, va également s'engager ainsi que le gouvernement français avec le Plan de relance économique qui comporte des mesures en faveur des haies. Il est envisagé de" replanter 7.000 kilomètres de haies dans tout le pays, d'instaurer une gestion durable des haies existantes et de structurer les filières locales de production d’arbres et de valorisation de la biomasse issue des haies". 
Ces "mesures haies" s'inscrivent dans le cadre du volet dédié à la transition agricole, à l'alimentation et aux forêts pour préparer l'agriculture de demain qui va bénéficier d'1,2 milliard d'euros d'aides.
"L’intégration d’une mesure "haies" dans le Plan de relance économique est une occasion unique pour enrayer la disparition des haies en France." se réjouit l'Afac-Agroforesteries, l’Association française arbres champêtres et Agroforesteries, qui regroupe plus de 200 associations engagées en faveur de l’arbre hors forêt.

Du côté de Prom'Haies, on se réjouit de l'augmentation du nombre de demandes d'aides émanant d'agriculteurs.

Depuis quelques années, il y a une vraie montée en puissance du nombre de dossiers mais aussi de longueur des plantations. On est passé de 200 à 300 mètres à plus de 500 mètres aujourd'hui. Les mentalités ont beaucoup changé autour de la haie qui est devenu le "couteau suisse" de la transition écologique en permettant d'agir notamment sur le climat, la biodiversité et le stockage du carbone.

Françoise Sire, directrice de Prom'Haies en Nouvelle-Aquitaine.


Privilégier les essences locales

En trente ans d'existence, Prom'Haies a déjà participer à la replantation d'environ deux millions d'arbres, dans les quatre départements de l'ancienne région Poitou-Charentes et depuis peu en Dordogne. En ramassant les graines et en faisant pousser dans ses pépinières les plants qu'elle revend, l'association privilégie les essences d'arbres locales, adpatées à la terre et au climat de la région.

Depuis quelques années, il y a une vraie montée en puissance du nombre de dossiers mais aussi de longueur des plantations. On est passé de 200 à 300 mètres à plus de 500 mètres aujourd'hui. Les mentalités ont beaucoup changé autour de la haie qui est devenu le "couteau suisse" de la transition écologique en permettant d'agir notamment sur le climat, la biodiversité et le stockage du carbone.

Françoise Sire, directrice de Prom'Haies en Nouvelle-Aquitaine.


Pourquoi replanter des haies ?

Les rôles des haies sont multiples et jouent un rôle importants dans la préservation de la flore et de la faune mais aussi pour améliorer la qualité des terres cultivées.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement agriculture économie