La Rochelle : un exercice grandeur nature de lutte contre le risque de submersion

Le dispositif "Water Gate" anti-submersion marine a été installée dans le Vieux port de La Rochelle, jeudi soir. / © France Télévisions
Le dispositif "Water Gate" anti-submersion marine a été installée dans le Vieux port de La Rochelle, jeudi soir. / © France Télévisions

Un exercice de lutte contre le risque de submersion s'est tenu à La Rochelle dès le milieu d'après-midi, ce mercredi, et s'est terminé ce jeudi matin. Le scénario de l'exercice prenait pour prétexte le déclenchement d'une possible vigilance "rouge" submersion et "orange" aux vents violents. 

Par Clément Massé avec Charlotte Boniteau

Comment gérer une violente tempête sur le littoral ? Le scénario est loin d'être fictif, alors, pour les services de l'Etat et les collectivités du littoral, autant prévoir et s'entrainer au pire. C'était l'objet de l'exercice submersion, débuté en milieu d'après-midi, ce jeudi, et, qui s'est terminé dans la matinée, ce vendredi.

Tout le dispositif d'urgence testé

Au départ de l'exercice, les autorités ont imaginé des bulletins fictifs de Météo France déclenchant une alerte rouge submersion et orange aux vents violents (120km/h-140km/h) touchant le littoral de Charente-Maritime.

Sur le vieux port de la Rochelle, jeudi soir, les premières équipes réagissent et s'activent. 300 personnes jouent le jeu et participent à l'exercice. Les conditions sont presque réelles. 

On installe les protections de la ville de La Rochelle et notamment notre dispositif WaterGate. Il vient protéger le vieux port sur 810 mètres. Nous empêchons l'eau de sortir du port et nous la canalisons dans le canal, vidé pour l'occasion, au fond du port.
- Nicolas Klein, gérant de la société MegaSecur.

Le dispositif "Water Gate" anti-submersion marine a été installée dans le Vieux port de La Rochelle, jeudi soir. / © France Télévisions
Le dispositif "Water Gate" anti-submersion marine a été installée dans le Vieux port de La Rochelle, jeudi soir. / © France Télévisions
L’exercice intègre une rupture des réseaux de gaz et d'électricité. Des équipes de l'opérateur GRDF sont notamment mobilisées.

Si vous avez une grande marée et un fort vent d'ouest, on peut retrouver un phénomène comme Xynthia.
- Jean-François Fountaine, maire de La Rochelle

Toute la chaîne du dispositif d'urgence est testée. Le centre opérationnel départemental (COD) en préfecture, les postes de commandement communaux (PCC) dans les communes, ainsi que le centre de crise du conseil départemental de la Charente-Maritime. 
Dans l'une des cellules de crise, lors de l'exercice anti-submersion à La Rochelle / © Charlotte Boniteau - France Télévisions
Dans l'une des cellules de crise, lors de l'exercice anti-submersion à La Rochelle / © Charlotte Boniteau - France Télévisions

Les autorités veulent s'assurer que tout le monde sera prêt en cas de risque.

"Si vous avez une grande marée et un fort vent d'ouest, on peut retrouver un phénomène comme Xynthia", explique Jean-François Fountaine, maire de La Rochelle. "Il faut s'y préparer."

A quelques kilomètres du vieux port, une ancienne école de Chatelaillon se transforme en centre d'accueil. Des volontaires jouent les habitants en détresse : 200 en tout participent à l'exercice, sur l'ensemble du littoral.

La nuit a été longue pour les habitants et les équipes mobilisées. Depuis la tempête Xynthia, toujours présente dans tous les esprits, la culture du risque se développe en Charente Maritime.

Reportage de Charlotte Boniteau, Stéphane Hamon et Maud Coudrin :

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus