La Rochelle : les images spectaculaires de la repose du pont basculant du Gabut

Le chantier de rénovation du pont Scherzer qui relie la Ville en bois au Gabut touche à sa fin. Cet après-midi du mercredi 14 octobre, deux énormes grues ont replacé l'ouvrage métallique sur son support d'origine. 
À La Rochelle, le pont du Gabut, dit pont Scherzer, a regagné son socle après plus d'un an de travaux.
À La Rochelle, le pont du Gabut, dit pont Scherzer, a regagné son socle après plus d'un an de travaux. © Pascal Simon, France Télévisions
L'instant était très attendu par tous les Rochelais, privés depuis plus d'un an de l'un des ponts stratégiques de la ville, un pont basculant plusieurs fois par jour pour laisser entrer et sortir les voiliers du bassin des Chalutiers.

Baptisé Scherzer, du nom de son concepteur américain, il a regagné son socle ce mercredi 14 octobre au terme d'une manœuvre très délicate dont voici les ultimes secondes filmées par Pascal Simon.Prévu à l'origine pour s'achever en juin, le chantier de rénovation a été retardé à cause de la crise sanitaire. Il s'agissait surtout de travaux d'entretien et de remise à neuf. "Quelques armatures métalliques présentaient quelques faiblessses" explique Stéphane Maréchal, le conducteur de travaux. 
La volée du pont du Gabut suspendue dans les airs.
La volée du pont du Gabut suspendue dans les airs. © Pascal Simon, France Télévisions
Et pour replacer l'ouvrage métallique datant de 1927, il a fallu l'intervention de deux énormes grues : l'une de 160 tonnes, l'autre de 450 tonnes notamment pour les manutentions du contrepoids (90 tonnes quand même) et de la volée. 

Une fois cette partie dédiée à la circulation routière installée sur son support d'origine, il faudra patienter encore quelques jours pour que le trafic soit normalement rétabli, normalement à partir du 28 octobre. 

D'ici quelques jours, plus besoin d'emprunter la passerelle qui servait de liaison temporaire entre le centre historique et la nouvelle ville.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture