La Rochelle - le temps d'une escale

"Le temps d’une escale" va à la rencontre des marins de la marine marchande qui font escale au port de la Pallice à la Rochelle. Au fil des confidences, des paroles et des lettres écrites entre deux ports, ces hommes des mers, ouvriers silencieux des coulisses de la mondialisation.
 
Bateau en cours de chargement
Bateau en cours de chargement
Ces marins nous racontent leur métier, nous parlent de leurs familles et des enfants qui grandissent au pays... de leur solitude et des traversées d'océans ballottés par les tempètes.
 

À La Pallice, des vraquiers et des cargos débarquent et embarquent quotidiennement les matières premières et les produits de notre économie mondialisée. Pendant leurs escales et après la journée de travail, les marins s’installent au « foyer des gens de mer », se connectent pour parler avec leurs familles et amis aux quatre coins de la planète et oublier la vie à bord pendant quelques heures de divertissement…

J’aime marcher dans les ports... Les quais portuaires cristallisent les flux des marchandises et condensent l’économie planétaire et je ressens ici l’évidence de notre planète mondialisée, aboutissement d’un commerce vertigineux qui se mesure en millions de tonnes. Dans un port, on voit les marchandises qui sortent ou entrent dans les entrailles des bateaux, on aperçoit à quel point le travail nécessaire à leurs transports est une manutention à grande échelle. Tels des astronautes, les travailleurs de la mer sillonnent la planète à bord des cargos, des tankers, des gaziers, des porte-conteneurs... Ils font partie d’une main d’oeuvre internationale bon marché.Les quais portuaires nous confrontent avec cette réalité-là, il y a des hommes au travail, des gigantesques grues qui se déplacent en travelling sur les rails ; c'est bruyant, poussiéreux, ça grince, ça siffle, ça sent la sueur, le gazole et l'eau salée. Habitués que nous sommes à "cueillir" les produits manufacturés dans les rayons de nos supermarchés, nous oublions presque qu'ils ont traversé les océans avant d'arriver dans notre salon...
Jean-François Naud


Un endroit très important dans la vie d'un marin : Le "Seamen's Club", le foyer des marins. Ici, il a y tous les services de proximité et maintenant il y a une reconnaissance de la comunauté portuaire du travail réalisé par le Seamen's Club.
 


10 000 marins d'une centaine de nationalités, y passent chaque année. Ces livreurs de la planète sont philippins, péruviens, ukrainiens, chinois, cubains, russes, polonais. Au comptoir du bar les langues se délient, on change les dollars en euros et entre parties de billard et karaoké les marins profitent de leur escale pour rompre la monotonie des longs mois à bord.
 

Ils sont accueillis par Lauriane et Brieuc, salariés de l’association Marin’Escale qui gère ce foyer et par d’anciens marins rochelais, bénévoles à la retraite, qui retrouvent ici l’ambiance de leurs navigations.

Le temps d’une escale ces "marins invisibles" du commerce mondialisé deviennent des personnages familiers ; ils nous racontent leur métier, nous parlent de leurs familles, des enfants qui grandissent au pays, de leur travail, de leur solitude et des traversées d’océans ballottés par les tempêtes. Le temps d’une escale, le port de la Rochelle devient le miroir des mondes de la marine marchande.
 
Le temps d'une escale
Un film de 52' écrit et réalisé par Jean-François Nau
Une coproduction France Télévisions / Saison 5
Diffusions sur France 3 Nouvelle-Aquitaine :
Lundi 19 octobre 2020 à 23.00
Vendredi 23 octobre 2020 à 9.15

Ce documentaire fait partie de la collection "Esprit public, l'engagement citoyen".
Cette collection propose 13 films sur des hommes et des femmes qui agissent au quotidien dans des initiatives locales pour changer le monde, pour changer leur monde... Une série qui observe et interroge les engagements d’élus, d'associations ou de simples citoyens dans leurs services aux publics en proximité dans la France d’aujourd’hui.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mer nature