Une chaîne humaine autour du théâtre de La Coursive à La Rochelle pour soutenir la culture

Publié le Mis à jour le

Des centaines de personnes ont formé une chaîne humaine devant le théâtre de La coursive à La Rochelle ce dimanche pour soutenir la culture alors que des artistes occupent la Scène nationale de La Rochelle depuis le début de la semaine pour s'opposer à la réforme de l'assurance chômage.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

De nombreux manifestants ont formé une longue chaîne humaine devant l'entrée de La Coursive, le scène nationale de La Rochelle, ce dimanche dans l'après-midi. Par cette action symbolique, artistes, intermittents et habitués des salles de spectacle ont voulu afficher symboliquement leur soutien à la culture.

"On trouve que c'est formidable que des artistes viennent mais aussi le public. Nous ce qu'on propose ce sont des spectacles dans l'espace public à 200 ou 300 personnes, on devrait pouvoir sortir et proposer un spectacle, on est responsable dans les arts de la rue", préconisait ce dimanche un artiste de rue, venu manifester.

Dans le cortège emmené par une fanfare de rue qui a déambulé près du vieux port, des figures connues de la culture comme le directeur de La Coursive ou encore de la Sirène, la salle de musiques actuelles de La Rochelle.

Cela fait un an que l'on a une activité en dent de scie ou à l'arrêt. On veut montrer notre mécontentement mais aussi le fait que la population est avec nous pour la réouverture des lieux et pour soutenir le mouvement des intermittents et des précaire. Nous voulons défendre l'idée que la culture a le droit de revenir dans nos chaumières et dans nos salles. On a tous besoin de vivre cette aventure-là.

David Fourrier, directeur de La Sirène.

 

Des anonymes affichaient aussi clairement les motifs de leur présence dans la rue : "Je veux grandir dans la poésie pas dans un supermarché", pouvait-on lire sur l'un des panneaux. 

Depuis le début de la semaine, la Scène nationale est occupée par des artistes qui souhaitent aussi faire entendre leur hostilité à la réforme de l'assurance chômage, qui selon eux, va priver de nombreux intermittents de leur indemnisations. 

Sur la façade de La Coursive, les artistes ont affiché plusieurs banderoles qui évoquent leurs inquiétudes en cette période de crise sanitaire où tous les spectacles sont suspendus.

"La force de la culture contre la culture de la force", peut-on lire notamment sur le parvis du Théâtre Verdière, l'une des salles de spectacles de La Coursive. 

Reportage de Frédéric Cano et Sébastien Poirier