Voile : le prestigieux trois mâts “Le Français” en escale à La Rochelle jusqu’au 28 août

Nouvelle escale d’un bateau prestigieux à La Rochelle (Charente-Maritime). Le trois mâts “Le Français” est arrivé ce dimanche 25 juillet avec parade dans le Vieux Port avant de s'amarrer dans le bassin des Chalutiers. Visites guidées, cours et sorties en mer sont prévues jusqu’au 28 août.
"Le Français", majestueux trois mâts de près de 50 mètres de long, est arrivé ce dimanche 25 juillet à La Rochelle.
"Le Français", majestueux trois mâts de près de 50 mètres de long, est arrivé ce dimanche 25 juillet à La Rochelle. © Mathilde Baron / France Télévisions

Il avait déjà fait escale à La Rochelle en 2019. Le trois mâts “Le Français” est de retour dans le bassin des Chalutiers jusqu’au 28 août. Objectif : faire découvrir le bateau à travers des visites guidées, et sensibiliser les plus jeunes à la protection des pôles et de l'océan.

A son arrivée ce dimanche 27 juillet, beaucoup l’attendaient, à commencer par l'équipe du port de plaisance de La Rochelle, notamment Patrice Bernier, le maître de port principal. “C’est à chaque fois une fierté d’avoir un bateau comme celui-ci”, témoigne-t-il. “Le bassin des Chalutiers n’a absolument pas la même allure. Évidemment pour nous l’objectif c’est d’en avoir le plus possible toute l’année.”

47 mètres pour 500 tonnes

Avant d'aller s'amarrer au bassin des Chalutiers, le trois mâts a passé les deux tours pour une petite pause photo en plein cœur du vieux port. Locaux comme vacanciers ont eu des étoiles dans les yeux. “C’est exceptionnel qu’un bateau comme celui-ci accoste dans le vieux port, c’est formidable!”, s’exclame une Rochelaise qui a emmené son petit-fils voir le spectacle. Adrien est également venu avec son fils Auguste : “On l’a vu arrivé et il était très impressionné”, raconte le papa. “Il pense que c’est un bateau de pirate !”

A bord, pas de pirates... mais un équipage rattaché à la cité corsaire de Saint-Malo. Bâti en 1948 au Danemark, le navire a été conçu pour ravitailler et transporter des marchandises vers la côte Est du Groenland. 

“C’est un bateau qui a un passé de navire commercial dans les mers nordiques", explique Olivier Mesnier, capitaine du navire. "Il desservait les îles Féroé, les Shetland, l’Islande… Et également le Groenland. Donc c’est un bateau qui était très costaud.” Long de 47 mètres, “Le Français” pèse près de 500 tonnes avec sa double coque en chêne massif.

L'un des derniers grands voiliers de tradition

Dans les années 1980, le navire a même eu une carrière cinématographique : il a été loué pour une quinzaine de productions télévisées et cinématographiques comme Les Trois Mousquetaires, Shackleton et David Copperfield. Aujourd’hui exploité pour de l’événementiel, des événements maritimes, ou encore des départs de course, le navire reste l’un des derniers grands voiliers de tradition en Europe.

Pour Nicolas Clausier, matelot gabier sur "Le Français", c'est une aubaine de revenir à La Rochelle après plus d'un an de crise sanitaire. “Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas vu autant de monde. Ces dernières semaines, on était à Lorient, Brest, sur des quais un peu plus éloignés, là à La Rochelle c’est vraiment un port exceptionnel…"

On n’avait pas annoncé notre arrivée et au final il y a des milliers de personnes, ça fait plaisir !

Nicolas Clausier, matelot gabier sur "Le Français"

Avec leurs escales de port en port, les membres de l'équipage du Français espèrent récolter assez de fonds pour se rendre au Groenland avec des scientifiques. "C’est un projet qui tient à cœur de l’armateur”, précise Nicolas Clausier.

Jusqu'au 28 août, les personnes qui souhaitent participer aux sorties en mer du trois mâts doivent s'inscrire à l'office de tourisme de La Rochelle. En attendant "Le Français" aura comme voisin l'un des plus célèbres bateaux de notre patrimoine : le Belem. Une belle escale estivale. La parade nautique se tient elle ce mercredi 28 juillet, à partir de 18 heures. 24 voiliers défileront les uns après les autres.

Reportage de F. Loiseau, M. Raud, M. Baron, L. Pennes :

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture histoire