Le sacre de Sylvie Marcilly, nouvelle présidente du Conseil Départemental de Charente-Maritime

Sans surprise, c'est donc une femme, Sylvie Marcilly, qui succède à Dominique Bussereau à la tête de l'exécutif départemental. Le couronnement d'une carrière politique qui a commencé il y a vingt ans dans la petite commune de Fouras.
A 55 ans, la maire de Fouras devient la première femme à présider le conseil départemental.
A 55 ans, la maire de Fouras devient la première femme à présider le conseil départemental. © M. Raud - France Télévisions

"Chaque conseiller départemental est légitime à agir sur son canton parce qu’élu démocratiquement. C'est donc dans la continuité de la politique menée par Dominique Bussereau que je m’inscris" ; c'était dimanche dernier aux alentours de 22 heures. Dans les coursives du paquebot de la Charente-Maritime, les incertitudes sur le sort de Lionel Quillet, autre candidat "naturel" à briguer la présidence, ont été levées depuis longtemps. Amère défaite pour le Rétais. Il n'y aura donc pas de match dans le match et quand la maire de Fouras arrive devant micros et caméras, c'est déjà en présidente qu'elle se présente.

La couleur politique de la nouvelle assemblée départementale ne change pas, mais c'est une femme qui la préside désormais.
La couleur politique de la nouvelle assemblée départementale ne change pas, mais c'est une femme qui la préside désormais. © M. Raud - France Télévisions

Quatre jours plus tard, son adoubement officiel dans l'hémicycle de l'assemblée départementale n'était donc qu'une formalité. En remportant 16 des 27 cantons et la défaite de l'ex vice président insulaire "aidant", la majorité sortante n'avait pas de grandes interrogations métaphysiques à régler. Avec 34 voix sur 54 votants, Sylvie Marcilly est élue première présidente du conseil départemental de Charente-Maritime. A noter, qu'en face d'elle, deux autres conseillères se présentaient à cette élection "présidentielle", l'écologiste Marion Pichot et la radicale de gauche Marylise Fleuret-Pagnoux.

La radicale de gauche Marylise Fleuret-Pagnoux a obtenu 14 voix ce lundi matin.
La radicale de gauche Marylise Fleuret-Pagnoux a obtenu 14 voix ce lundi matin. © M. Raud - France Télévisions

"Il y avait déjà eu un grand changement en 2015 puisque cette assemblée était devenue paritaire. Aujourd’hui, c’est un nouveau changement avec une femme présidente et c’est important pour LA femme", commente cette dernière. " C’est très bien", déclare quant à elle la présidente élue, "les femmes s’inscrivent de plus en plus dans l’engagement au service des autres, prendre des responsabilités politiques et je suis très fière que trois femmes se soient présentées aujourd’hui". 

"C’est une modernisation de la vie politique qui s’engage", remarque Dominique Bussereau qui quitte donc ses fonctions sans regrets, "c’était ma deuxième vice-présidente. Je lui avais confié des missions importantes sur le développement économique, sur l’attractivité, sur nos relations internationales et sur la gestion de nos sociétés d’économie mixte, donc si je lui avais confié toutes ces fonctions, c’est que j’avais confiance en elle".

© M. Raud - France Télévisions

C'est en 2001 que cette cheffe d'entreprise originaire de Seine-et-Marne se présente pour la première fois devant les électeurs de Fouras, petite cité balnéaire de 4000 habitants entre La Rochelle et Rochefort. Elle  n'a alors que 35 ans et à quarante petites voix d'écart, elle loupe le coche et entame sept longues années dans l'opposition municipale. Sa revanche, cette maman de quatre filles la tiendra en 2008 avec un honorable résultat de 63% des suffrages exprimés, son plus bas score depuis.

Conseillère régionale de Poitou-Charentes pendant deux ans, c'est en 2011 qu'elle fait ses premiers pas dans ce qu'on appelle alors le Conseil Général après une courte victoire face à l'historique socialiste rochefortais André Bonin. Dès lors, Sylvie Marcilly devient une figure incontournable de la droite en Charente-Maritime. Tout le monde se souvient encore de sa gestion de la tempête Xynthia qui avait balayée une bonne partie de sa commune et de ses coups de gueule contre les décisions hâtives de l'Etat. Aujourd'hui, c'est une nouvelle stature que doit assumer la Fourasine.

Depuis 2015, la parité est de rigueur dans les assemblées départementales.
Depuis 2015, la parité est de rigueur dans les assemblées départementales. © M. Raud - France Télévisions

"Soulagée et très motivée", nous confiait-elle après le vote ce matin, "je sais que les défis seront très importants. Préparer la Charente-Maritime de demain, c’est la sortie de la crise sanitaire, ce sont des enjeux colossaux. C’est un département tourné vers la jeunesse, l’espoir, vers l’innovation et la créativité. Ce sont bien ces logiques dans lesquelles je m’inscris et qui correspondent à la politique que nous allons mener avec l’ensemble des conseillers départementaux".

En 2017, en désaccord avec la ligne politique de Laurent Wauquiez, elle avait quitté le parti Les Républicains. Première femme présidente du conseil départemental de Charente-Maritime, elle garde aujourd'hui son siège de conseillère municipale de Fouras et de vice-présidente de la communauté d'agglomération de Rochefort.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections