Royan : la fresque du palais des congrès sauvée

Les travaux du palais des congrès de Royan devraient débuter en fin d'année. La peinture murale de Nadu Marsaudon, menacée de disparaître un temps, sera finalement déplacée dans les jardins adjacents le temps des travaux de rénovation. 

© Ingrid Gallou - France 3 Poitou-Charentes
Bonne nouvelle : la fresque du palais des congrès de Royan ne sera pas détruite. Après plusieurs semaines de polémique, un protocole d’accord "pas encore définitif" avec le peintre Nadu Marsaudon a été trouvé, annonce la mairie de la ville. L'artiste, qui a discuté la semaine dernière avec la municipalité et l'architecte, se dit satisfait :

C'est un soulagement. Je suis plus qu'heureux. 


Cette peinture murale grand format, élaborée en improvisation totale il y a une quarantaine d'année, était menacée par les travaux de rénovation du palais des congrès de Royan qui doivent débuter en fin d'année. L’objet des travaux ? Retrouver la façade d’origine du bâtiment, imaginée dans les années cinquante par l’architecte Claude Ferret.

 
Reportage Fresque

 

La fresque déplacée à l'extérieur du bâtiment

De part sa taille, la fresque, d’une hauteur de sept mètres, ne peut pas être conservée à l’intérieur de la future structure rénovée. « Un relevé de l’œuvre, de la colorimétrie, avec un calque sera réalisé pour conserver graphiquement la fresque », précise Eliane Ciraud-Lanoue, adjointe au maire à la culture. Elle sera donc déplacée à l’aide d’une grue, dans sa totalité, vers l’extérieur du bâtiment, dans le jardin Kennedy. Une solution qui réjouit Nadu Marsaudon : « Très honnêtement, c'est la seule proposition qui m'a plu. A l'origine, ils voulaient la faire calquer et la reproduire ailleurs. C'était hors de question. »

La fresque, peinte directement sur le mur, l’escalier et les marches, ne peut pas être déposée. Il va donc falloir découper le bloc de l’escalier et le déplacer« L’escalier a été coulé sur place. On va donc partir du principe que l’on va découper l’ensemble. »
 

Comment protéger l'œuvre ?

Une réflexion est en cours pour assurer la conservation de l’œuvre, qui sera désormais visible en extérieur. « Nous sommes à la recherche d’un procédé pour la protéger du vent, de l’eau et du vandalisme », a indiqué l'adjointe au maire. Par ailleurs, le dos de la structure de l’œuvre devrait être végétalisés pour mieux s’intégrer aux jardins.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture patrimoine