4ème circonscription de Charente-Maritime : douze candidats pour le fauteuil de Dominique Bussereau

Dominique Bussereau, élu pour la première fois député en 1993, ne se représente pas. / © Jacques Demarthon / AFP
Dominique Bussereau, élu pour la première fois député en 1993, ne se représente pas. / © Jacques Demarthon / AFP

Ces 24 dernières années, les électeurs de cette circonscription ont élu -et réelu- le député, et désormais président du conseil départemental. La droite entend bien conserver ce fief historique de Dominique Bussereau, atteint par le cumul des mandats.

Par E. Gérard

Dans cette circonscription, traditionnellement ancrée à droite, la gauche ne part pas favorite sur le papier. D'autant que Dominique Bussereau, l'emblématique député sortant fort de ses quatre mandats, ne laisse pas ses électeurs sans boussole.

Son dauphin investi par LR, Loïc Girard, devra composer avec un Front National, au plus haut dans certains secteurs. Il trouvera également sur sa route une candidate socialiste motivée : Fabienne Dugas-Raveneau avait échoué de peu en 2012. 

Sommaire 


© France Télévisions
© France Télévisions

 

La circonscription en chiffres-clés 

  • De Royan aux confins du sud du département, la quatrième circonscription de Charente-Maritime recouvre un vaste territoire de onze cantons (Archiac, Cozes, Gémozac, Jonzac, Mirambeau, Montendre, Montguyon; Montlieu-la-Garde, Pons, Royan-Est, Saint-Genis-de-Saintonge)
  • Elle compte 114 284 habitants selon le dernier recensement ; c'est l'une des moins peuplées des cinq circonscriptions du département
  • 17% de la population active travaille dans l'agriculture, la pêche et la sylviculture

Dominique Bussereau, le sortant 

Entre son mandat de président du conseil départemental et celui de député, Dominique Bussereau a dû choisir : il a préféré le premier. L'élu LR quitte donc le fauteuil de l'Assemblée Nationale qu'il a occupé pour la première fois en 1993
Ministre sous les présidences de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, Dominique Bussereau est un proche d'Alain Juppé, qu'il a soutenu lors des primaires de la droite pour la présidentielle.

À chaque fois qu'il s'est présenté à la députation, il a été élu avec une confortable avance, sauf en 2012 où la candidate socialiste lui avait donné du fil à retordre.
Poids lourd de la politique régionale, il y a fort à parier qu'il gardera un œil sur les dossiers de sa circonscription. 

La donne peut changer  

Loïc Girard est le candidat investi par LR et soutenu par l'UDI. Conseiller départemental et maire de Gémozac, ce filloniste historique peut mettre à son actif une avantageuse côte de popularité sur son territoire, mais il pourrait pâtir de ce soutien dans les urnes. 

Il devra également surveiller le score de la candidate du Front national, Isabelle Texier, qui pourrait profiter de l'excellent score du FN à la présidentielle dans certains secteurs ruraux (jusqu'à 64,7% par exemple à La Barde dans le Jonzacais). 

À gauche, la candidate du PS Fabienne Dugas-Raveneau se présente pour la deuxième fois. Conseillère municipale d'opposition à Pons et attachée parlementaire du sénateur Bernard Lalande, elle avait été battue de peu en 2012. Comme son rival LR, elle est aussi bien implantée sur son secteur, mais son étiquette PS pourrait jouer en sa défaveur dans cette circonscription où Benoit Hamon a réalisé l'un de ses plus mauvais scores (4,6%). 

D'autant que la concurrence est féroce puisque le Parti Radical de Gauche, la France Insoumise et Europe Écologie Les Verts présentent chacun leur candidat (voir la liste ci-dessous). 

Le tableau ne serait pas complet sans le candidat de La République En Marche. Raphael Gérard est un nouveau venu sur la scène politique. Dans cette campagne, il bénéficie d'un soutien de poids en la personne de Claude Belot ; l'ancien président du conseil départemental le juge "très intéressant pour le territoire". Chargé du patrimoine dans une grande maison de cognac, il pourrait bénéficier du désir de renouveau exprimé dans les urnes le 7 mai dernier ; même si dans cette circonscription, Emmanuel Macron n'a pas fait son meilleur score. 

Notre débat en vidéo (enregistré le 19 mai 2017) 

 

Les douze candidats 

  • Benoît BITEAU - Parti Radical de Gauche
  • Lucie KIRCHNER - La France Insoumise
  • Pascal PELLERIN  - Parti Communiste Français
  • Philippe DAVRIL  - Divers Gauche 
  • Isabelle TEXIER  -  Front National
  • Valérie BARRAUD  - Lutte Ouvrière
  • Laurence MARCILLAUD  - Europe Écologie Les Verts
  • Ingrid CHRISMANN  - Union Populaire Républicaine
  • Éric DEVISE  - Debout La France
  • Loïc GIRARD - Les Républicains 
  • Fabienne DUGAS-RAVENEAU  - Parti Socialiste
  • Raphaël GÉRARD  - La République En Marche


Retrouvez ci-dessous l'ensemble des candidats en Charente-Maritime

 

Coup d'œil sur la présidentielle 

C'est Marine Le Pen qui est arrivée en tête lors du premier tour de la présidentielle : elle a recueilli ici 25,7% des suffrages, devant Emmanuel Macron et François Fillon au coude à coude avec respectivement 21,4% et 21,1% des voix. Jean-Luc Mélenchon échoue au pied du podium avec 16, 4%. 
Au second tour, le front républicain a joué en défaveur du Front National même si 41,9% des électeurs ont glissé un bulletin Marine Le Pen dans l'urne. 





 

A lire aussi

Sur le même sujet

Fraude à la licence IV : les commerçants de Sarlat s'inquiètent

Les + Lus