À Meschers-sur-Gironde, une fillette de 11 ans en colonie de vacances, portée disparue 

Depuis le 13 août dans l'après-midi, une fillette de 11 ans venue en colonie de vacances à Meschers-sur-Gironde, avec une structure basée à Orléans, est portée disparue. D'importants moyens de recherche ont été mobilisés, selon la préfecture de Charente-Maritime. Les recherches se poursuivent.

C’est le vendredi 13 août, dans l’après-midi, que le drame s’est produit. En colonie de vacances, un groupe d’enfant venu d’Orléans se baignait sur la plage des Vergnes à Meschers-sur -Gironde. C’est alors que le groupe s’est fait surprendre par la marée menant à l’intervention du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) de Charente-Maritime. Pourtant, selon France Bleu, le groupe d’enfant se baignait dans une zone surveillée.

"Ce qu’on sait c’est qu’un groupe d’une vingtaine de jeunes se baignait, avec la marée, 3 d’entre eux ont commencé à avoir des difficultés, sans gravité heureusement", détaille le secrétaire général de la préfecture de Charente-Maritime, Pierre Molager.

Selon un communiqué de la préfecture de Charente-Maritime, une enfant a été immédiatement transportée à l’hôpital de Saintes, sans que son pronostic vital soit engagé. En revanche, après avoir été secourus, les animateurs se sont rendus compte qu'une autre fillette - âgée de 11 ans - manquait à l’appel, vraisemblablement emportée par le courant.

Organisée par l’Aroeven, l’Association régionale des œuvres éducatives et de vacances de l’éducation nationale, la colonie de vacances regroupe des enfants d’Orléans, de Tours et de région parisienne. D’après les informations de France Bleu Loiret, la fillette portée disparue est prise en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance et réside au foyer de Serenne à Orléans. Les équipes du foyer son fortement touchées par le drame, comme le confie sa présidente, Chrystel de Filippi : "C'est une structure qui accueille les enfants placés par l'Aide sociale à l'enfance. Pour l'équipe, cet accident est terrible. C'est une institution où vous vous sentez comme dans une famille. Les encadrants ont des liens très forts avec les enfants."

Les recherches se poursuivent le 14 août

"D’importants moyens de recherche et de secours ont été rapidement déployés", assure le communiqué de la préfecture. Celui-ci précise que dès le 13 août, 26 personnels de secours et des forces de l’ordre ont été mobilisés pour des recherches en mer. Les équipes sont munies de "3 véhicules de secours, 2 moyens nautiques des postes de plage, 1 jet-ski, 1 moyen nautique des sapeurs-pompiers, 1 moyen nautique de la capitainerie ainsi que l’hélicoptère Dragon 17", comme le précise le communiqué.

En fin de journée, après plusieurs heures de recherche, en vain, les opérations ont été suspendues pour la nuit. Elles ont repris le 14 août au matin et se poursuivent. Parallèlement, une enquête a été ouverte par le parquet de Saintes afin de déterminer les circonstances du drame. 

Après plus de 24 heures sans nouvelles, les chances de retrouver la fillette envie sont de plus en plus mince. "Il y a peu d’espoir de la retrouver vivante à l’heure qu’il est", déclare la sous-préfète de Jonzac, Estelle Leprêtre, à France Bleu. Mais la préfecture n’a pas abdiqué. "Avec le temps qui passe, les espoirs s’amenuisent et on est très inquiet. Néanmoins, on ne veut rien négliger. Pour elle et pour ses proches, le préfet a demandé qu’on puisse mobiliser les moyens nécessaires pour se donner toutes les chances de la retrouver", assure, de son côté, Pierre Molager. 

Pour ce faire, des patrouilles sillonnent la côte et un hélicoptère de la gendarmerie tourne autour de la zone afin de tenter de retrouver la fillette de 11 ans. Dans la matinée du 14 août, des moyens nautiques avec des plongeurs étaient également mobilisés. 

Dans l’attente de nouvelles et après leur sauvetage, une cellule médico-psychologique a été ouverte auprès des enfants et animateurs de la colonie de vacances. "C’était un moment de joie, de vacances, de retrouvailles pour tous ces enfants. C’est évidemment un moment très difficile. C’est la raison pour laquelle on essaye d’être au mieux à leurs côtés et, à notre niveau, de les accompagner dans les moments difficiles", insiste Pierre Molager, le secrétaire général de la préfecture de Charente-Maritime. Les enfants devraient retrouver leurs familles dans la journée du 15 août, un jour avant la fin initiale du séjour. 

CARTE. La plage des Vergnes à Meschers-sur-Gironde.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
disparition faits divers mer