Une petite commune se retrouve sans médecin généraliste, neuf mois seulement après son installation

Depuis le début du mois d'avril 2024, la commune de Saint-Augustin, en Charente-Maritime, se retrouve sans médecin généraliste, depuis le départ du premier médecin à être venu s'y installer. Mais la mairie ne baisse pas les bras et compte bien retrouver un généraliste d'ici la fin de l'année.

Une table d'auscultation, du matériel informatique, des locaux spacieux et confortables d'une superficie de 70 mètres carrés, et surtout, "une position centrale, au coeur de la commune", souligne Isabelle Vidal, conseillère municipale de Saint-Augustin en Charente-Maritime. Décidément, rien ne semble manquer dans ce cabinet médical. Seul bémol : le docteur Aber, qui s'était installé en août 2023, a plié bagages il y a quelques semaines, au début de ce mois d'avril 2024.

"Le début de l'aventure"

"Il a rencontré une conseillère municipale qui travaille à Pôle Emploi. Il cherchait à s'installer, on a eu un premier contact en décembre 2021, ça a matché, et il a dit 'je m’installe'. C'était le début de l'aventure", se souvient Gwennaëlle Prost, la maire (sans étiquette) de Saint-Augustin.

Dans la commune de 1 400 habitants, un projet de pôle médical avec cinq infirmières était alors en train de se monter. Le docteur Aber a donc tout de suite été inclus, dès le lancement des travaux en septembre 2022, jusqu'à son installation en août 2023. "Avant son arrivée, on avait installé une borne médicale pour de la téléconsultation dans le cabinet des infirmières", retrace Gwennaëlle Prost. "On cherchait depuis longtemps, c'était la première fois qu'on avait un médecin à Saint-Augustin."

C'était la première fois qu'on avait un médecin à Saint-Augustin.

Gwennaëlle Prost

Maire (Sans étiquette) de Saint-Augustin (Charente-Maritime)

Selon l'élue, le médecin aurait mis en avant les incivilités quotidiennes pour justifier son départ. "Il explique, par exemple, que les gens arrivaient à plusieurs à un rendez-vous, frappaient à la fenêtre. Et vous savez, les gens veulent tout, tout de suite", détaille la maire. "Bien sûr, il y a aussi des raisons personnelles, mais des comportements de ce genre, il y en a dans tous les métiers." 
Autre raison avancée par l'élue, "le manque cruel d'une secrétaire pour prendre les doléances, prendre les problèmes. Ça lui coûtait trop cher." 
Contacté, le médecin n’a pas répondu à notre demande d’interview.

Espoir, colère et déception

Les habitants, eux, sont partagés entre déception et inquiétude. Christopher Bigot, commerçant, se projette difficilement dans les prochains mois : "Le village, grâce à ça, prenait un peu plus d’ampleur. Maintenant, on redescend, ça va être compliqué d’en retrouver un."

C’est la bêtise des gens comme souvent.

Roland

Habitant de Saint-Augustin (Charente-Maritime)

Roland, un habitant de Saint-Augustin, trouve quant à lui la situation "absolument ridicule, c’est la bêtise des gens comme souvent."

Barbara Jandolo, elle aussi habitante de la commune, ne se fait guère d'illusions : "Je pense que ça va être compliqué pour quelqu'un : la publicité n’est pas des meilleures, et je doute que les personnes, déjà échaudées par un changement de médecin traitant, le fassent deux fois." Elle ajoute : "Les incivilités de personnes d’un certain âge sont inadmissibles pour moi, elles auraient dû être sanctionnées."

À LIRE  : Crise des urgences et déserts médicaux : quatre questions sur le Service d'accès aux soins, la solution de Gabriel Attal

Ne pas baisser les bras

De son côté, la maire reconnaît que le contexte est compliqué : "À La Tremblade, trois médecins sont partis en retraite. À Breuillet, leur médecin est parti à un mois d'intervalle avec le nôtre", énumère-t-elle. "Les autres communes proposent des choses : un appartement, une place au port avec un bateau... Pour nous, ce n'est pas possible, et on ne peut pas salarier un médecin."

Saint-Augustin s'apprête donc à lancer de nouvelles recherches. Des contacts ont déjà été pris avec la communauté de communes. "Il faut qu'on sorte notre épingle du jeu. On verra bien. Notre ville est assez calme par rapport à l'afflux à Royan, le coin est fleuri et surtout, les bâtiments sont neufs", assène la maire. "Si on trouve un autre médecin, il aura peut-être un peu plus de bouteille."

Saint-Augustin pourrait même agrandir encore son pôle médical, dans lequel 700 000 euros ont déjà été investis depuis trois ans. "À côté du futur médecin et des infirmières, on a trois dentistes, et un audioprothésiste qui devrait s’installer à partir de 2025", détaille Gwennaëlle Prost. "On a deux autres terrains constructibles, et on a aussi pris contact avec une psychologue et un orthophoniste." Mais avant cela, un premier objectif s'impose : trouver un médecin généraliste avant la fin de l'année 2024.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité