"Je suis prisonnière de cette maison" : à Saintes, les riverains sont épuisés par les épisodes de crue

durée de la vidéo : 00h01mn32s
Reportage "Nouvel épisode d'inondations à Saintes" ©France télévisions

En Charente-Maritime, l'eau continue de monter. Le pic de crue du fleuve Charente est attendu vendredi 8 mars. À Saintes, 200 maisons pourraient être inondées. Sur place, les habitants sont exténués. Les agents de la ville restent sur le pont pour les épauler, tant bien que mal.

Pluviomètre en main, William Tardy constate les dégâts. Depuis plusieurs jours, l'eau s'est invitée dans l'allée de la maison de sa mère, à Saintes, en Charente-Maritime. Le portail blanc est recouvert à mi-hauteur par une eau verdâtre. La retraitée, âgée de 80 ans, ne peut plus se déplacer. Son fils lui rend visite tous les jours.

"Tout le monde fatigue, et la maman, moralement, ce n'est pas ça non plus. Donc, on est là pour la soutenir aussi, souligne William Tardy. Il le faut de toute façon : on est tous dans le même bain, c'est le cas de le dire." Placé en vigilance orange crue, le département a subi plusieurs épisodes d'intempéries ces derniers mois. En Charente-Maritime et en Charente, 70 communes ont même été reconnues en état de catastrophe naturelle.

"On est à l’affût du moindre centimètre"

Dans le centre-ville de Saintes, Geneviève Delagneau n'est pas d'humeur à faire des jeux de mots. Déjà inondée en décembre, cette nouvelle alerte est un coup dur. "Moi, j'en peux plus. Quelle est la solution ? Je ne sais pas, souffle la riveraine. Moi, à mon niveau, je ne peux pas vendre ma maison. Je suis prisonnière de cette maison."

Face à cette troisième crue en quatre mois, les agents municipaux s'activent au chevet des sinistrés. Paré de bottes tout terrain, l'adjoint au service de la mobilité urbaine, Thierry Peralta déambule dans les rues de sa commune. 

"Il y a besoin de quelque chose dans la maison, monter les meubles ?", s'enquiert-t-il auprès d'un riverain penché à sa fenêtre. "Pour l’instant, j'en ai monté la moitié, si ça vient à monter je vous appellerai !"

Parpaings, plateformes métalliques et barques. Le dispositif de circulation alternative déployé par la mairie est bien rodé. "Tout est prêt, on est à l’affût du moindre centimètre qui monte pour pouvoir permettre aux gens de pouvoir continuer à vivre dans leur maison, pour ceux qui peuvent", explique l'adjoint au maire.

Pour l'heure, le niveau de la Charente a atteint les 5,53 mètres. Un chiffre qui devrait encore augmenter dans les prochains jours. La décrue est attendue ce vendredi.