L'usine Timac Agro de Tonnay-Charente mise en cause pour ses rejets de métaux lourds, comme l'arsenic, dans l'eau et dans l'air

Le site internet Vakita, du journaliste et militant écologiste Hugo Clément, a procédé à différentes analyses autour de l'usine d'engrais Timac Agro de Tonnay-Charente. Les résultats montrent des taux de métaux lourds très importants dans l'eau et dans l'air. Notamment d'arsenic quatre fois supérieurs au seuil autorisé.

Des taux d'arsenic quatre fois supérieurs au seuil autorisé dans l'eau de la Charente. Le site internet d'investigation Vakita, du journaliste et militant écologiste Hugo Clément a enquêté sur les rejets dans l'environnement de l'usine Timac Agro, filiale du groupe Roulier de Tonnay-Charente en Charente-Maritime. Spécialisée dans la production d'engrais, l'entreprise est soupçonnée de rejeter des produits toxiques qui finissent dans la Charente et dans la terre.

Des métaux lourds, des nuisances, l'usine Timac Agro est attaquée par des associations de défense de l'environnement

L'association Pays Rochefortais Alert's qui se bat depuis des années pour que l'usine se mette aux normes, a porté plainte le 13 juillet contre l'entreprise pour neuf infractions au code de l'environnement. Son cofondateur, Gérard Garder, explique que le danger est connu depuis longtemps et que la proximité de l'usine avec le fleuve Charente est dangereuse. "Il y a des cartographies qui ont été faites sur une montée des eaux. L'usine est au bord de la Charente, donc inévitablement un jour ou l'autre l'eau va monter et inonder la totalité du site industriel. Quand elle va se retirer, les conséquences écologiques et sanitaires seront énormes", prédit-il. Il précise "ce que l'on réclame, ce n’est pas la fermeture, c'est la mise aux normes une bonne fois pour toutes de cette usine."

Pour les riverains, les dangers pour l'environnement s'accompagnent de nuisances quotidiennes "Les bruits, le jour et la nuit 24 heures sur 24 et les fumées. Ça sent la patte pourrie", explique Patrick Chagnieaud.

Près de quatre fois plus d'arsenic que les normes autorisées

Les prélèvements effectués par l'équipe de Vakita ont été analysés, ils présentent une forte concentration de cuivre, de chrome, de cadmium, de zinc, de mercure, de plomb ou encore d'arsenic. Pour ce dernier, alors que le seuil accepté est de 25 microgrammes par litres d'eau, les analyses en ont trouvé 93,8 microgrammes. Ces produits peuvent ensuite se retrouver dans les poissons puis dans les coquillages et dans toute la chaîne alimentaire.

Le 5 juin dernier, la préfecture de Charente-Maritime a mis en demeure Timac Agro de mettre en œuvre des mesures pour prévenir les déversements d'eau non conformes sous 15 jours. L'entreprise n'ayant pas répondu aux sollicitations des équipes de Vakita, impossible de savoir si elle a effectué ces aménagements nécessaires.

Contactée également par notre équipe de reportage, elle n'a pas donné suite.

D'autres sites de Timac Agro sont dans le collimateur des défenseurs de l'environnement, celui de Saint-Malo en Ille-et-Vilaine et celui de Tarnos dans les Landes. Autour de ces deux usines, des collectifs se sont également constitués "Osons !" à Saint-Malo et " Respir' " à Tarnos.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité