Pollution aux métaux lourds sur le site de l'ancienne Saft à Angoulême : le plan de bataille

Le site de l'ancienne usine Saft-Leclanché, dans le quartier Saint-Cybard à Angoulême. / © J. Debœuf, FTV
Le site de l'ancienne usine Saft-Leclanché, dans le quartier Saint-Cybard à Angoulême. / © J. Debœuf, FTV

Des analyses ont confirmé que les sols du quartier Saint-Cybard à Angoulême sont pollués. En attendant les résultats de recherches complémentaires qui seront menées autour de l'ancien site industriel Saft-Leclanché, il est interdit d'utiliser l'eau des puits. 

Par EG

Interdiction de puiser l'eau. Depuis le milieu du mois de mars, Saint-Cybard, situé au pied du plateau d'Angoulême, est sous le coup d'un arrêté municipal qui invite les habitants à ne plus utiliser l'eau des puits, très nombreux dans ce quartier.

Les autorités évoquent une pollution de la nappe phréatique au trichloréthylène, un produit utilisé jusqu'en 1984 au sein de l'usine de piles Saft-Leclanché.  L'usine est aujourd'hui fermée ; il revient donc au département, propriétaire de cette friche industrielle de conduire les analyses. 
La présence de métaux lourds est d'ores et déjà avérée sur le site mais elle ne s'est pas arrêtée aux portes de l'ancienne usine. "On sait qu'il y aussi une pollution à l'extérieur (du site NDLR) parce qu'il y a eu une contamination des eaux souterraines" explique François Bonneau, le patron du département ; d'où l'interdiction d'utiliser l'eau des puits. 

Il faudra plusieurs mois pour préciser à quels endroits et dans quelle mesure les sols et l'eau sont contaminés ; l'air sera également analysé dès les prochains jours.  Ensuite, la dépollution pourra débuter.

Pour le préfet du département, la Saft devra assumer sa part de responsabilité malgré les ventes acquisitions de la société au fil des années. "C'est elle qui avait du trichloréthylène, des stocks de 50 tonnes en permanence sur le site, et qui l'utilisait" explique Pierre N'Gahane. 

Voyez le reportage de Jérôme Deboeuf, Christophe Guinot et Alexia Rouy (intervenants : Francis Soulat, habitant du quartier ; François Bonneau, président du Conseil départemental de la Charente ; Pierre N'Gahane, préfet de la Charente) 




Sur le même sujet

Gironde : la ferme à spiruline du Val de l'Eyre

Les + Lus