Charente : avec le Brexit, les Anglais doivent devenir Français pour pouvoir voter ou être élus aux Municipales

Le Brexit entre en vigueur ce vendredi 31 janvier 2020. Il ne sera pas sans conséquence sur les élections municipales dans certaines communes rurales charentaises. Faute de naturalisation en temps et en heure, des conseillers municipaux d'origine britannique pourraient ne pas pouvoir se représenter.
Pour pouvoir continuer à voter et ou être élus aux élections municipales, les Anglais installés en France doivent changer de nationalité.
Pour pouvoir continuer à voter et ou être élus aux élections municipales, les Anglais installés en France doivent changer de nationalité. © Alexandre Marchi/ MaxPPP
C'est une des conséquences du Brexit qui entre en vigueur à la fin de la semaine. Les Britanniques élus dans les municipalités françaises depuis 2014 n'auront désormais plus le droit de voter et de se faire élire.
S'ils souhaitent continuer à participer à la vie politique de la commune dans laquelle ils résident, ces citoyens britanniques doivent devenir Français. La seule solution pour eux est de changer de nationalité et de demander leur naturalisation.


Des élus bilingues appréciés

Certains d'entre eux ont choisi de franchir le pas mais les réponses à leurs demandes tardent parfois à arriver alors que la date limite pour le dépôt des candidatures est fixée au 27 février 2020. 
Certains élus d'origine britannique ont obtenu leur naturalisation en temps et en heure et pourront participer aux scrutins des 15 et 22 mars prochains. Il s'agit d'un véritable soulagement pour les maires. Ils apprécient souvent ces élus bilingues qui font le lien avec les membres de leur communauté. 
C'est le cas à Combiers. Alison Turriff est conseillère municipale de ce bourg charentais et elle est un recours très appréciable pour le maire Patrick Epaud.

C'est beaucoup plus facile de dialoguer car certains n'ont pas fait, comme Alison, des efforts pour apprendre le français et parfois c'est un peu compliqué. En plus, elle s'occupe aussi des écoles.

Alison Turiff est conseillère municipale à Combiers en Charente.
Alison Turiff est conseillère municipale à Combiers en Charente. © France Télévisions

Alison avait anticipé sa demande de naturalisation. Face aux menaces de Brexit, elle avait entrepris les démarches depuis longtemps et a attendu deux ans avant d'obtenir sa naturalisation.

J'ai eu deux interviews avec la police et ausi une interview à Niort, qui est le centre en Poitou-Charentes pour les naturalisations. On m'a posé des questions sur l'investissement dans la commune et aussi sur l'histoire et la culture de la France.

Ecossaise d'origine, Alison Turiff est très engagée dans la vie locale. Elle pourra donc participer aux élections et tenter de renouveler son mandat de conseiller municipal à la mairie de Combiers. 


Des habitants engagés dans la vie locale

Dans le nord de la Charente, cette fois, Norman Cox, lui est toujours dans l'attente d'une réponse à sa demande de naturalisation et ne sait pas s'il pourra continuer à être conseiller municipal de Montrollet, un village où il habite depuis 26 ans. Il souhaite se représenter sur la liste du maire sortant.
Norman Cox est conseiller municipal à Montrollet, un village charentais où il est très investi dans la vie locale.
Norman Cox est conseiller municipal à Montrollet, un village charentais où il est très investi dans la vie locale. © France Télévisions

Il le souhaite mais sans carte d'identité française, ce ne sera pas possible. Un vrai regret pour cet élu mais aussi pour son maire que la situation de son conseiller municipal "agace".

Ça m'agace car ce genre de choses auraient dû être anticipé et c'est un manque de respect par rapport au travail accompli par quelqu'un qui habite dans notre pays depuis longtemps et qui s'est complètement engagé dans la vie citoyenne française.
Benoît Sauvy, maire de Montrollet

Norman Cox l'affirme lui-même, il est "très intéressé par le système de la commune en France."
Faute d'avoir pu régulariser leur situation à temps ou de ne pas avoir choisi d'acquérir la nationalité française, les résidents britanniques en France ne seront plus électeurs à parir du 31 janvier à 23 heures et ne pourront ni voter ni se présenter aux prochaines élections municipales.
 
Charente : les élus britanniques menacés par le Brexit

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
brexit international élections municipales 2020 politique élections