Charente-Maritime : pourquoi la décrue de la Charente se fait-elle si lentement ?

Après des inondations historiques dans le secteur de Saintes, la tendance générale est à la décrue pour la Charente aval mais les niveaux d'eau restent élevés et la baisse se fait très lentement. Nous avons cherché à savoir pourquoi ?

© France Télévisions

La Charente aval est toujours en vigilance orange pour les inondations et la Charente-Maritime est le seul département maintenu en orange au niveau national.

Après des inondations considérées comme historiques, la Charente ayant atteint un pic à 6,18 mètres, le fleuve a commencé sa lente décrue depuis une semaine. 

La décrue sur le tronçon aval de la Charente, entre Angoulême et Saintes, se fait très lentement depuis plusieurs jours. Plusieurs raisons tendent à expliquer cette lenteur que les riverains constatent jour après jour et qui pousse Vigicrues à maintenir la vigilance orange dans ce secteur.

Point de situation de la Charente Aval (16/02/2021 - 18:30) - Capture d'écran - vigicrues.gouv.fr
Point de situation de la Charente Aval (16/02/2021 - 18:30) - Capture d'écran - vigicrues.gouv.fr © vigicrues.gouv.fr

Pluies abondantes et faible dénivelé du fleuve

La raison principale, ce sont les pluies abondantes de la semaine dernière. Vendredi dernier, par exemple, il est tombé entre 20 et 30 mm d’eau en l’espace de six heures, entre Angoulême et Saintes. Ces pluies sont arrivées sur des terres déjà gorgées d’eau. Ne pouvant pas s'infiltrer dans les sols, l’eau s’est mécaniquement et directement écoulée vers les affluents de la Charente en amont de la Charente-Maritime. Résultat : ces grosses quantités d'eau sont venues gonfler le niveau déjà très élevé du fleuve dans sa portion aval. 

La semaine dernière, les prévisionnistes craignaient que ce phénomène se conjugue avec les forts coefficients de marée du week-end dernier et empêchent ainsi la décrue. Ce scénario n'a pas eu lieu en raison, notamment, de l'orientation favorable des vents. Aucun impact négatif causé par les marées n'a été enregistré.

Reste une autre explication à prendre en considération, c'est le dénivelé assez faible du fleuve. Il ne dépasse pas les six centimètres par kilomètre. Ce qui fait que dans ce secteur, les eaux s’écoulent de ce fait plus lentement qu’ailleurs. Ce phénomène naturel avait déjà été constaté lors des inondations de 1982. La Charente avait alors atteint un pic record de 6,84 m et la décrue avait duré deux semaines.

De l'orange au jaune dans les prochains jours

Les riverains de la Charente ont cependant tout de même une raison d'être optimistes. Les pluies se font plus rares ce qui a permis à l'excédent en eau de s'évacuer. Les prévisions indiquent par ailleurs que la décrue de la Charente aval devrait s’accélérer dans les prochains jours.

La division des prévisions des décrues de la DREAL de Nouvelle-Aquitaine estime que le niveau du fleuve pourrait baisser de 15 à 20 centimètres à partir de ce jeudi 18 février ou de vendredi. L’alerte orange pourrait donc de ce fait laisser la place à une alerte jaune, avant la fin de la semaine. Les quelques pluies annoncées pour jeudi resteront modérées, de l'ordre de 2 à 3 mm. Elles ne devraient pas empêcher la décrue qui est déjà bien amorcée.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
inondations météo intempéries