Décapitation de Macron : les avocats des trois gilets jaunes d'Angoulême demandent l'annulation de la procédure

Les trois gilets jaunes qui avaient décapité puis brûlé un pantin à l'effigie du chef de l'État étaient entendu par le juge d'instruction ce lundi 11 mars. Leurs avocats invoquent un vice de procédure et demandent l'annulation de leur mise en examen.

Ils avaient organisé un procès fictif d'Emmanuel Macron en marge d'une manifestation des gilets jaunes, le 21 décembre dernier, avant de décapiter puis brûler un pantin à son effigie. Les trois gilets jaunes mis en examen pour outrage et incitation au crime étaient entendus ce lundi matin par le juge d'instruction à Angoulême. 

La vidéo de la scène avait fait le tour des réseaux sociaux et était vite remontéé jusqu'au gouvernement. Le Premier ministre, le ministre de l'Intérieur et le porte-parole du gouvernement avaient demandé des sanctions pénales à l'encontre des organisateurs. 
 


Leurs avocats réclament l'annulation de la procédure. Pour Pierre-Henri Bovis et Robin Binsard, du barreau de Paris, leurs clients gilets jaunes ont été victimes "d'un certain nombre de dispositions du code de procédure pénale qui n'ont pas été respectées". Ils demandent donc leur démise en examen et la suspension du contrôle judiciaire


D’abord, le pouvoir politique s'est prononcé dans une affaire judiciaire, ce qui est interdit par la constitution. On considère aussi que les chefs de mise en examen ne tiennent pas la route, parce qu’il n’y a pas d’indice grave ou concordant qui démontre leur culpabilité.


Une requête en nullité a été déposée devant la chambre d'instruction de Bordeaux, le 6 mars dernier. Elle ne devrait pas être examinée avant plusieurs mois. Ils s'estiment néanmoins "confiants".
 
Les trois gilets jaunes qui avaient décapité puis brûlé un pantin à l'effigie du chef de l'État étaient entendu par le juge d'instruction ce lundi 11 mars. Leurs avocats invoquent un vice de procédure et demandent l'annulation de leur mise en examen. ©F3 PC
 

Le procès des gilets jaunes


Plus largement, les deux avocats estiment que le procès fait aux trois individus est surtout politique. Ils soulignent le caractère "disproportionné" des mesures prises à leur encontre.


On a voulu faire de ce dossier un dossier politique, on a voulu faire de ces hommes des exemples, mais à un moment donné le code de procédure pénale s'applique, et on ne peut pas s’affranchir des règles. Les gilets jaunes sont ce qu’ils sont, mais ils restent des justiciables de droit commun, et le droit doit s’appliquer pour eux aussi. Ce procès, ce n’est pas celui de trois hommes, mais plus largement des gilets jaunes.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité