Pour la deuxième fois, Confolens accueille des migrants

Une trentaine de migrants sont arrivés cette semaine. Ils seront hébergés dans l'ancienne maison de retraite. Ils vont y rester au moins six mois, le temps que leurs demandes de statut de réfugié soient examinées par les services de l'Etat.

34 hommes ont été accueillis jeudi par les élus et les représentants de l'Etat.
Une majorité des migrants accueillis sont d'origine afghane, ils arrivent de la région parisienne.

Ils disent qu'ils sont beaucoup mieux ici qu'à Paris. A Paris, ils vivaient dans la rue.

Torab Maroof, interprète afghan

Une salle à manger commune, des chambres équipées d'un frigo sont mis à disposition.  Ces exilés vivront ici en autonomie grâce à un petit pécule quotidien d'environ 4 euro : l'objectif c'est d'abord de retrouver une forme de sérénité pour préparer leur demande de statut de refugiés

Le bâtiment a été mis à la disposition de l'état par la communauté de commune Charente Limousine.
C'est la deuxième fois que la cité accueille des migrants. La fraternité entre les peuples prônée par le festival des musiques et danses du monde de Confolens est ici une réalité.


Des centaines d'associations se fédèrent autour de cette idée de solidarité vers des gens qui, au péril de leur vie  sont arrivées jusqu'ici aujourd'hui. Pour Confolens, c'est une belle expérience.

Philippe Bouty, Président de la CDC Charente Limousine

Des cours de français seront dispensés. Sur la base du volontariat, ces jeunes réfugiés seront sollicités pour participer à des activités associatives.

Le reportage de Jérôme Deboeuf, Cécile Landais et Patrick Mauduit





L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité