Cet article date de plus de 6 ans

Festival d'Angoulême : "Much Loved" le film censuré par le Maroc

La programmation du Festival du film d'Angoulême dévoile un film qui a fait parler de lui au dernier Festival de Cannes. "Much Loved" a créé la polémique au Maroc ou sa diffusion a été interdite. Le film de Nabil Ayouch se veut une dénonciation de la condition des prostituées dans son pays. 

Encore une belle surprise cinématographique au Festival du film francophone d'Angoulême avec la diffusion de "Much loved" de Nabil Ayouch, qui s'est fait connaître dans la sélection de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes. Ce film raconte l'histoire d'un groupe de prostituées marocaines qui travaillent à Marrakech. "Much Loved" se veut un film engagé qui dénonce l'exploitation de ces femmes mais il a été censuré au Maroc où aucune salle de peut donc le diffuser. 

Nabil Ayouch raconte l'histoire de 4 prostituées issues des classes pauvres de la société marocaine. Elles convergent vers Marrakech, haut lieu du tourisme marocain et participent à des soirées en compagnie de clients européens ou venus des pays du Golfe. Voici un extrait de ce film.
##fr3r_https_disabled##S'il fait polémique au Maroc, c'est que le film de Nabil Ayouch dévoile un aspect du tourisme que l'Empire chérifien tolère mais feint de ne pas voir tout en en tirant de multiples profits. Signe des temps, les parents de Loubna Abidar, l'actrice principale, ont reçu des menaces de mort par téléphone et l'actrice ne décolère pas, comme elle l'a confié à notre équipe dans ce reportage signé Jérôme Deboeuf, Cécile Landais et Josiane Etienne.
durée de la vidéo: 01 min 57
FFA Angoulême : Much Love


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival du film francophone d'angoulême cinéma culture polémique société