• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

FIBD 2019 : l'américaine Emil Ferris reçoit le Fauve d'Or

En attribuant samedi son Fauve d'or du meilleur album BD à l'Américaine Emil Ferris, le jury du 46e festival d'Angoulême a réparé un long oubli des femmes dans le palmarès du plus convoité des prix de BD. / © Yohan BONNET / AFP
En attribuant samedi son Fauve d'or du meilleur album BD à l'Américaine Emil Ferris, le jury du 46e festival d'Angoulême a réparé un long oubli des femmes dans le palmarès du plus convoité des prix de BD. / © Yohan BONNET / AFP

En attribuant samedi son Fauve d'or du meilleur album BD à l'Américaine Emil Ferris, le jury du 46e festival d'Angoulême a réparé un long oubli des femmes dans le palmarès du plus convoité des prix de BD. Emil Ferris, 56 ans, récompensée pour "Moi, ce que j'aime, c'est les monstres".

Par Luc Barré + AFP

Emil Ferris, 56 ans, récompensée pour "Moi, ce que j'aime, c'est les monstres" est seulement la sixième femme récompensée par un Fauve d'or depuis la création du festival en 1974. La dernière lauréate en date était la Franco-iranienne Marjane Satrapi pour "Poulet aux prunes" en 2005.

Trois Eisner Awards

Pavé de 400 pages à la fois passionnant et surprenant, réalisé avec des stylos bille et des feutres, ce roman graphique, encensé par les critiques, se lit comme le journal intime d'une fillette fascinée par les créatures monstrueuses.
Parfois qualifié d'"objet littéraire non identifié", ce roman graphique a déjà été récompensé par trois Eisner Awards (dont meilleur album et meilleur auteur" au Comic-con de San Diego aux Etats-Unis. Il avait reçu, juste avant le festival, le prix ACBD des critiques de bandes dessinées.
 


Surtout, cet ouvrage tient du miracle. Il a été dessiné pendant les quatre années et demie de convalescence d'Emil Ferris, suite à une méningo-encéphalite contractée le jour de son 40e anniversaire.
Le sang infesté par le virus du Nil occidental, l'auteure qui se déplace encore avec une canne, était guettée par la paralysie. Pour qu'elle puisse continuer à dessiner ses proches lui fixaient un stylo sur la main avec des bandes adhésives.

Sur le même sujet

Le concours de peinture du Cadre d'or à Périgueux

Les + Lus