Cet article date de plus de 5 ans

FIBD : des dessinateurs proposent un plan de renaissance du festival

Nouvelle péripétie dans le long feuilleton du Festival de la BD d'Angoulême qui a fait couler beaucoup d'encre depuis plusieurs mois. Un Angoumoisin, Patrick Mardikian, s'est associé à plusieurs dessinateurs pour dessiner le projet "Angoulême, la renaissance".
C'est un projet de refonte globale du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême qui était discuté cet après-midi entre partenaires de cet évènement. A l'initiative de ce mouvement on trouve Patrick Mardikian, qui n'est autre que le fils du co-créateur du festival, accompagné dans sa démarche par plusieurs dessinateurs de BD. Régis Loisel, Frank Margerin, Martin Veyron, Florence Cestac, François Schuiten, François Boucq et André Juillard constituent le noyau de ce groupe lassé par les dernières péripéties qui ont entouré le FIBD.

Le 9e Art n'est pas qu'un monde de bisounours et la dernière et 43e édition n'a pas échappé à quelques réglements de comptes. Ce sont d'abord les auteures femmes qui ont fait connaître leur colère en découvrant une liste de nominés constituée exclusivement d'hommes. La menace de boycott des éditeurs passée, la soirée consacrée à la cérémonie de clôture a laissé un goût amer avec le désastre d'un faux palmarès annoncé sur scène.

Cet essouflement du festival d’Angoulême inquiète le petit monde de l'édition qui reproche à l'équipe en charge de l'organisation, 9e Art + et son directeur Franck Bondoux, une gestion peu convaincante. Pour sa part, Franck Bondoux explique qu'il se trouve "dans le collimateur des éditeurs de BD qui voudraient récupérer la totalité du pouvoir sur le festival."

C'est à ce point qu'intervient l'initiative de Patrick Mardikian qui a proposé à Jacques Renard, le médiateur nommé par le ministère de la Culture, le projet "Angoulême, la renaissance". Son projet veut replacer le FIBD au coeur de la ville et impliquer davantage les jeunes et les scolaires souvent négligés. Pourra-t-il imposer sa volonté avec un collectif qui réunit des auteurs et plusieurs grands prix du FIBD ? Ou s'agit-il, une fois de plus, d'un coup d'épée dans l'eau au moment où Alain Juppé a annoncé sa volonté d'organiser un Festival de la BD concurrent à celui d'Angoulême dans sa ville de Bordeaux ?

Réponses dans quelques semaines.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival bd d'angoulême culture livres bande dessinée polémique