La grêle du 26 mai en Charente et Charente-Maritime a touché aussi les producteurs de melons

La production de melons charentais pourrait être diminuée cet été, la grêle du 26 mai a touché plusieurs exploitations. La récolte qui commence d'habitude à la mi juin en sera sans doute affectée dans la région.
Les dégâts sur les melons vont avoir des conséquences sur la récolte
Les dégâts sur les melons vont avoir des conséquences sur la récolte © Bruno Pillet Francetv
Le melon charentais a souffert de la grêle samedi dernier. De nombreux plants ont été hachés par les grêlons, et la prochaine récolte en sera forcément diminuée. Certains pieds vont pouvoir repartir, d'autres sont définitivement détruits. Avant même de chiffrer les pertes, on sait que la récolte sera retardée, elle commence généralement à la mi-juin dans le sud ouest, cette année, ce sera plutôt en juillet.
Dans l'exploitation de Pascal Damon et Véronique Laubier, il y a 65 hectares de melons jaunes qui donnent jusqu'à 1 800 tonnes les bonnes années.
Des plants de melons hachés par les grêlons
Des plants de melons hachés par les grêlons © Bruno Pillet Francetv

Le melon charentais compte 3 bassins de production en France. Le sud est, dont la récolte commence mi-mai, le sud ouest, où l'on récolte d'ordinaire mi juin et le centre ouest, qui récolte en juillet. Au total, le melon charentais représente environ 250 000 tonnes par an en France ce qui fait de notre pays le 3ème plus gros producteur en Europe.

Reportage de Bruno Pillet, Christophe Guinot et Carine Grivet.

Intervenants : Pascal Damon, Earl Damon-Laudier et Véronique Laubier, Earl Damon-Laudier.
La production de melons a aussi subi la grêle en Charente et Charente-Maritime

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie intempéries météo