Législatives 2022 : le débat dans la première circonscription de la Charente

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Goux

La première circonscription de la Charente est la plus petite du département en terme de superficie. Le député sortant est Thomas Mesnier qui se présente sous l'étiquette Renaissance, ex LREM.

Division à droite, à l'extrême droite et à gauche. Cette première circonscription de la Charente compte à ce jour sept candidats, la clôture des inscriptions étant fixée au vendredi 20 mai.

Le candidat sortant, Thomas Mesnier élu en 2017 sous les couleurs de LREM se représente au nom du parti présidentiel rebaptisé Renaissance. Il devra affronter à gauche René Pilato candidat de la Nouvelle Union Populaire Et Sociale, Jean-François Dauré vice président du Conseil départemental qui part sous l'étiquette divers gauche.

Á droite, la candidate Les Républicains est une jeune femme de 23 ans, Alice Clergeau. Pour l'extrême droite, c'est Anna Martinese qui représente le Rassemblement Rational et Dominique de Lorgeril pour Reconquête.

Lutte ouvrière sera représentée dans cette circonscription par Olivier Nicolas.

Le débat est animé par Laïd Berritane pour France 3 Poitou-Charentes et Pierre Marsat de France Bleu La Rochelle.

Trois thèmes ont été choisis : le pouvoir d'achat, la santé et les déserts médicaux et la sécurité.

Le pouvoir d'achat

Pour Thomas Mesnier (Renaissance) des choses ont déjà été faites dans le précédent quinquennat, mais il faut aller plus loin "Il faut bloquer les prix de l'énergie, indexer les retraites sur l'inflation et supprimer la redevance audiovisuelle."

La réduction des taxes sur l'essence semble essentielle aussi pour Alice Clergeau, la candidate Les Républicains "On ne peut pas empêcher les gens de prendre la voiture pour aller travailler ou chez le médecin, il faut baisser les taxes."

Dominique de Lorgeril (Reconquête) souhaite aussi supprimer les taxes mais il veut  surtout s'attaquer à la répartition des aides sociales " Il faut réorienter certaines prestations sociales vers ceux qui en ont besoin et sortir de l'assistanat." 

Á gauche, Jean-François Dauré (Divers gauche) est favorable à un blocage des prix mais "ça touche tout le monde et il faut plutôt cibler les plus bas revenus."

René Pilato (Nupes) estime que l'urgence c'est la hausse des bas salaires.

Il faut augmenter le SMIC jusqu'à 1.500 euros bloquer les prix et fixer le litre de gasoil à 1,40 euros.

René Pilato, candidat NUPES

Enfin Anna Martinese estime de son côté qu'il faut agir sur la TVA.

Il faut faire passer la TVA à 5,5% sur l'énergie et la supprimer sur 100 produits de première nécessité.

Anna Martinese, candidate Rassemblement National

Les déserts médicaux et la santé

Thomas Mesnier (Renaissance) ancien médecin urgentiste explique que le sous la présidence Macron, le Numérus Clausus a été supprimé et que des emplois d'assistants médicaux ont été créés.

Mais pour René Pilato, "Thomas Mesnier est l'homme du désert médical et le bilan est catastrophique. Aujourd'hui, 66 services d'urgence sont menacés de fermeture"

La candidate Les Républicains Alice Clergeau se félicite de la suppression du Numérus Clausus mais l'affirme.

Si on a plus de médecins dans 10 ans c'est bien, mais il faut qu'ils viennent dans nos territoires !

Alice Clergeau, candidate Les Républicains

Anna Martinese (RN) ne se satisfait pas de cette mesure "La fin du Numérus Clausus, c'est bien mais on en verra les effets dans trois ans".

La sécurité

C'est une préoccupation importante pour les candidats dans cette circonscription surtout urbaine.

Alice Clergeau (LR) l'affirme, "30% d'augmentation des atteintes aux biens et aux personnes ici c'est une réalité."

Anna Martinese (RN) va dans son sens " l'insécurité est incontestable ici, la drogue, les viols, les agressions, il faut donner les moyens aux forces de l'ordre d'intervenir."

René Pilato (Nupes) ne partage évidemment pas cette vision des choses, selon lui la solution passe par "la légalisation du cannabis qui déchargerait de 80% le travail des policiers, ils pourraient se consacrer à autre chose et il faut rétablir une police de proximité."

Ce débat, traduit en langue des signes est diffusé mercredi 18 mai à partir de 23h15 sur France 3 Poitou-Charentes.

VOIR le débat - 1ère circonscription de la Charente