Une équipe mobile sillonne les routes de Charente pour vacciner les résidents des maisons de retraite non médicalisées

A l'initiative du Conseil départemental de la Charente, une équipe mobile de vaccinateurs composée de douze médecins et de huit infirmières vient renforcer le dispositif vaccinal, en se rendant dans les établissements d'hébergements de personnes âgées non dépendantes.

© Christophe Guinot - France Tv

Dans l’établissement pour personnes âgées Roger Cardinaud de Barbezieux, la vaccination "à la maison" des résidents par une équipe médicale mobile est accueillie avec soulagement. "Ça se passe chez eux, dans leur environnement. Du coup c’est plus rassurant pour nos résidents, et nous on intervient aussi pour les tranquilliser". Laurence Terrassier, la directrice de l’EHPA, est très satisfaite de la venue de cette équipe mobile de vaccinateurs.

Quand le département nous l’a proposé, on était ravis. Si on avait dû déplacer nos résidents vers un centre de vaccination, ça aurait été beaucoup plus complexe à organiser.  

Laurence Terrassier, Directrice de l'EHPA de Barbezieux

Créée pour renforcer le dispositif vaccinal, cette unité mobile de vaccinateurs est pilotée par le Conseil départemental de la Charente et destinée aux établissements hébergeant des personnes âgées non dépendantes, qui ne sont donc pas médicalisées.

© Christophe Guinot - France Tv

Les maisons de retraites médicalisées ont été d’emblée organisées par l’État, avec un flux direct de livraison des vaccins, administrés par leur médecins coordonnateurs et des généralistes libéraux. Pour les autres structures, les vaccins ont été réservés et on intervient dans un deuxième temps. 

Dr Fabienne Lo Re, coordonnatrice de l’équipe mobile départementale

Sont donc concernés les EHPA (Établissements d’Hébergement de Personnes Âgées, non dépendantes), les résidences autonomie et les résidences séniors services. Soit onze structures disséminées en Charente, qui seront visitées par l’équipe médicale mobile durant six semaines, pour administrer 414 vaccins Pfizer. A Barbezieux, 62 résidents ont ainsi été vaccinés en deux jours, chacun des deux médecins pratiquant quotidiennement une quinzaine d’actes, les données de l’entretien préalable (dit d’éligibilité) et de la vaccination étant systématiquement télétransmises sur la plateforme nationale Covid.

 Il n’y a pas beaucoup de centres de vaccinations Covid, et ces personnes ne pouvaient pas se déplacer et faire des kilomètres pour se faire vacciner. Là on offre la prestation sur leur lieu de résidence. 

Dr Christine Fallas, médecin vacataire au Conseil départemental de Charente

la vaccination s'effectue "à domicile"
la vaccination s'effectue "à domicile" © Christophe Guinot - France Tv

Le département envisage d'adapter le dispositif par la suite

Le Conseil départemental de la Charente n’exclut pas une montée en puissance du dispositif le moment venu, à l’image des Vacci-Bus autonomes déjà déployés, comme à Reims notamment et dans certains départements du Grand Est.

Pour l’instant, on reste sur des cibles de personnes âgées et de personnel de santé, mais quand on va passer à la vaccination grand public, si à un moment donné, il y a un besoin d’amplifier la possibilité vaccinale des centres de vaccination, des pharmacies et des médecins généralistes, on n'exclut pas que cette équipe mobile puisse poursuivre sa mission à bord d’un Vacci-Bus tout équipé. 

 Fabien Tuleu, directeur général adjoint des services de Charente

Le département a d'ailleurs déjà un œil sur un ancien camion de pompiers qui pourrait, le cas échéant, être recyclé en bus médicalisé. "Parce que tout ça s’anticipe"...

En Charente-Maritime, des unités mobiles ont été constituées sur le même modèle, en relation avec les centres de vaccination et l’ARS (Agence Régionale de Santé), sans toutefois être déployées. Elles se tiennent prêtes pour aller vacciner à domicile les personnes ne pouvant absolument pas se déplacer.

© Christophe Guinot - France Tv

Quant à la Vienne, la vaccination se poursuit, les deuxièmes doses ayant commencé à être administrées en début de semaine, comme jeudi à l’EHPAD Alzheimer de Saint-Georges-Lès-Baillargeaux.

Au 9 février, 227 788 premières doses ont été injectées en Nouvelle Aquitaine, soit 3,8% de la population.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19 personnes âgées famille