Vidéo. L'installation d'une usine de bitume à Marsac en Charente suscite l'opposition des habitants

durée de la vidéo : 00h01mn27s
Le projet de création d'une usine de fabrication de bitume provoque la colère des habitants et d'agriculteurs à Marsac en Charente. Ils y voient une réelle menace sur la santé. Reportage d Jérôme Deboeuf, Cécile Landais et Marion Reiler. ©France télévisions

Le projet de création d'une usine de fabrication de bitume provoque la colère des habitants et d'agriculteurs à Marsac en Charente. Ils y voient une réelle menace sur la santé.

Les habitants de la commune de Marsac et de ses environs, en Charente, ont manifesté ce samedi. Ils dénoncent le projet d'installation d'une usine de fabrication de bitume. Il en va selon eux de la santé des habitants et de la biodiversité. L'usine est actuellement installée dans la banlieue d'Angoulême, mais elle a trouvé des terrains en pleine campagne pour se développer.

Sauf qu'en pleine campagne, il y a des habitants, des agriculteurs, des maraîchers et ils sont plutôt en colère, à l'image d'Anaël Tribot agriculteur récemment installé. Il fait du bio et redoute les émanations de bitume sur son verger "On fait attention toute l'année à préserver nos cultures et ne pas mettre n'importe quoi dessus si c'est pour avoir des produits chimiques à proximité, ce n’est pas compatible" déplore-t-il.

Même hostilité pour Davina Weitowitz qui élève des chevaux et tient des chambres d'hôtes. Elle a choisi cette commune parce qu'il y avait des installations d'agriculteurs et de maraîchers bios "Il y a une dynamique vers quelque chose de plus propre, de plus vertueux et on est en train de casser tout ça". Explique-t-elle.

Dans le collectif des habitants et des agriculteurs hostiles au projet, il y a un visage connu. Benoît Delépine, le réalisateur et acteur installé tout près de Marsac. Lui non plus ne comprend pas comment un tel projet peut voir le jour "Ce qui me désole, c'est qu'on va construire une usine qui va produire des polluants dans une zone Natura 2000 à moins d'un kilomètre de là, c'est complètement dingue !", ajoute-t-il.

Le collectif promet de ne pas laisser se faire les choses et si le projet est autorisé par la préfecture de la Charente, il intentera des recours en justice.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité