VIDÉO. Une épicerie ambulante pour aller au-devant des personnes qui peinent à se déplacer

durée de la vidéo : 00h01mn42s
Ruelle-sur-Touvre, en Charente, dispose d'un nouveau service pour ses habitants, les plus âgés notamment, une épicerie ambulante. C'est un couple d'épicier qui a eu l'idée d'aller au-devant des personnes qui peinent à se déplacer. Reportage de Lisa Macineiras, Christophe Guinot et Josiane Etienne ©France télévisions

Ruelle-sur-Touvre, en Charente, dispose d'un nouveau service pour ses habitants, les plus âgés notamment, une épicerie ambulante. C'est un couple d'épicier qui a eu l'idée d'aller au-devant des personnes qui peinent à se déplacer.

Dans les campagnes de Charente ou d'ailleurs, les épiceries ambulantes font souvent partie du paysage. Dans les communes plus importantes en revanche, ce n'est pas vraiment le cas. Pourtant, depuis le début du printemps, un camion épicerie arpente les rues des communes autour d'Angoulême. C'est un couple d'épicier qui a eu l'idée de lancer ces tournées pour aller à la rencontre des populations les plus âgées, celles qui ne prennent que peu la voiture, voire plus du tout.

C'est le cas de ce client venu faire quelques courses "pour les vieux comme nous qui ont du mal à marcher, ça nous fait gagner du temps." Une autre cliente est d'accord "avant, c'est ma fille qui me conduisait pour faire les courses, mais elle ne peut plus. Ça, c'est très commode, ça me rend vraiment service.", affirme-t-elle.

Et pour certains clients, c'est presque du service à domicile "là, on va dans le quartier de Villement à Ruelle-sur-Touvre. C'est pour un couple où la dame est en fauteuil donc c'est le mari qui sort faire les courses au quotidien. Ils ont trouvé sympa l'idée que le camion vienne à leur porte" explique Isabelle Pasquereau l'épicière.

Le camion a été acheté avec une aide de France Relance, le système mis en place par le gouvernement pour relancer l'économie après la crise sanitaire.

Pour l'adjoint au commerce de Ruelle-sur-Touvre, l'idée est particulièrement intéressante, même pour une commune de plus de 7 000 habitants "On a 1 200 personnes de plus de 70 ans, et, parmi ces personnes, certaines n'ont pas de voiture ou ne conduisent plus" confie Lionel Verrière. Pour elles, aller faire les courses au supermarché à pied ou en bus est impossible. "comment on ramène le pack d'eau ?", s'interroge une cliente de l'épicerie.

Si le succès de ce commerce de proximité ne se dément pas, de nouvelles communes de la périphérie d'Angoulême seront bientôt desservies.