Avec Philippe Bouty, la gauche charentaise prend la présidence du Conseil Départemental

Avec une courte majorité de 20 élus sur 38, le bloc social et écologiste a élu ce lundi Philippe Bouty à la tête de l'assemblée départementale de Charente.

"Chaque chose en son temps. Il n’y a pas de président ou de présidente auto-proclamé(e)" ; c'était dimanche soir dans la salle des fêtes de Saint-Michel, dans l'agglomération d'Angoulême. Philippe Bouty savoure la victoire mais n'en oublie pas pour autant que dans cet attelage hétéroclite de gauche qu'il a réussi à mettre en place pour cette campagne, il ne faut surtout pas froisser certaines susceptibilités.

Après tout, Nicole Bonnefoy, elle aussi victorieuse sur son canton de Boixe et Mansle, pouvait prétendre à prendre la présidence du département. Elle se disait lasse de "ces combats de coqs" à la tête de l'éxécutif. Reste qu'au soir des résultats, il semble bien qu'une décision, forcément collégiale, avait déjà été prise chez les gagnants.

"On n’a pas le culte du chef chez nous", déclarait alors la sénatrice, "l’essentiel, c’est le collectif, la capacité qu’on a eu à mener cette campagne et surtout le projet qu’on veut mettre en œuvre collectivement. Avec Philippe, on se connait depuis trente ans. Lui, il a construit l’union de la gauche, moi, j’ai davantage travaillé sur la dynamique, sur le projet et le besoin de rupture, notamment en ce qui concerne la gouvernance. On veut évaluer les politiques publiques, faire de la prospective et penser la Charente en 2030, mettre en place un conseil départemental citoyen. Donc on a cette complémentarité et on va travailler ensemble". Une réunion s'est tenue le lendemain à la mairie de Gond-Pontouvre pour trancher la question. 

Ce jeudi, c'est donc avec deux petites voix d'avance que l'ancien président du festival des arts et traditions populaires de Confolens a pris place dans son nouveau fauteuil. "La crise nous oblige à repenser nos politiques, les politiques de solidarité, les politiques environnementales", déclare-t-il en introduction, "nous allons nous mettre au travail dès à présent. Les Charentaises et les Charentais qui nous ont élus attendent des actions claires et concrètes qui soient prises rapidement et c’est notre devoir d’agir vite".

"Je retiens qu'il y a un vice-président de plus et donc des indemnités supplémentaires. Je ne suis pas persuadé que le département en avait besoin", commente le très amère ex-président Jérôme Sourisseau, "j'ai entendu des attaques sur des négligences sur le durable et le social, alors que la majorité précédente a été extrêmement engagée sur ces sujets. Nous verrons bien à l'épreuve des faits ce que donneront ces premiers axes, mais on a des éléments d'inquiétudes dès le début".

Tourisme, fibre optique, désertification médicale ; le président Bouty a effectivement avancé ce matin quelques pistes de travail pour la nouvelle assemblée. Comme prévu, il confirme qu'il quitte immédiatement ses fonctions à la tête de la communauté de Charente Limousine. 

 

 

 

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité