Charente : "Les 3 coups de Jarnac", le nouveau festival de théâtre pied de nez à la crise sanitaire

Alors qu’on avait fini par se faire à l’idée de devoir passer l’été privés d’émotions culturelles, la première édition des "3 coups de Jarnac" prend le contrepied de la morosité annoncée, et pointe son (faux) nez à Jarnac jusqu'au 11 août.
 

Affiche du spectacle "Une leçon d'histoire de France"
Affiche du spectacle "Une leçon d'histoire de France" © D.R.
Au XVIème siècle, lors d’un duel resté célèbre, le baron de Jarnac surprit son adversaire en déployant une botte secrète, à la stupéfaction générale. Passé dans le langage courant, le "coup de Jarnac" désigne une manœuvre habile et inattendue. Et inattendu, le festival de théâtre "Les 3 coups de Jarnac" qui choisit, pour sa première édition, de se lancer au cœur cet été de crise sanitaire et de distanciation sociale, l’est assurément.

Même si le coup était prémédité : "Tout est parti d’un jeu de mot, que j’avais déposé il y a 10 ans." Pierre Bonnier est producteur de théâtre privé et se partage entre Paris et Jarnac, où il vient se ressourcer en vacances. Mais cet été, il a décidé de raccourcir les distances.

Je suis un provincial qui vit à la capitale depuis 35 ans, et j’ai souhaité ramener l’élite de ce qui se fait à Paris, à la campagne. Je me suis dit : à Jarnac, ça va leur faire plaisir.

Pierre Bonnier

Pierre Bonnier
Pierre Bonnier © Jean Puga

Hold-up aux Molières

L’une de ses pièces, Marie des poules, a été doublement auréolée (Molière du théâtre privé et Molière de la comédienne dans un spectacle de théâtre privé, pour Béatrice Agenin). 

Cette année, j’avais un peu la tête dans les étoiles, alors j’ai improvisé ça pour lutter contre la sinistrose ambiante. J’ai fait appel aux comédiens, et comme ça faisait 4 mois qu’ils ne faisaient plus rien, tous m’ont répondu "Hourra. Banco. On y va !" Je leur ai dit : "Destination Jarnac !"

Pierre Bonnier

affiche du festival "les 3 coups de Jarnac"
affiche du festival "les 3 coups de Jarnac"
Selon Pierre Bonnier, c’est justement parce que le rendez-vous n’était pas attendu qu’il a pu se monter, quand tous les autres devaient se résoudre à déclarer forfait. "Les pauvres ! Ils ont été obligés d’annuler leurs festivals, parce qu’ils avaient des calendriers très précis et qu’il y avait trop d’incertitudes, détaille-t-il. Moi je n’ai lancé mon idée que lorsque j’ai vu qu’on commençait à se déconfiner et que les spectacles, même à demi jauge, pouvaient reprendre. Du coup, je n’ai pas été prisonnier des mesures administratives."

Un financement atypique

Cela relève sans doute un peu de la déformation professionnelle, mais en tant que producteur privé, Pierre Bonnier n’a pas sollicité de subventions. De toute façon, au vu du contexte sanitaire, elles lui auraient sans doute été refusées. Et pour renforcer encore un peu son déséquilibre budgétaire, il a fait le choix, malgré les demi jauges imposées, de fixer des prix attractifs : 12 euros la place. Tarif unique.

Du jardinier au propriétaire de Cognac, j’ai voulu que chacun puisse gouter les spectacles que j’aime. Je veux que tout le monde se mélange. Alors on se débrouille, on fait appel aux bénévoles et les comédiens sont logés chez l’habitant. Et même si je perds un peu d’argent cette année, on aura passé du très bon temps. De toute façon, je prends ça comme un investissement, parce que je veux absolument pérenniser "Les 3 coups de Jarnac" .

Pierre Bonnier

Le festival a débuté ce mardi 28 juillet par une représentation de l’Opérapiécé à l’auditorium de Jarnac, suivi ce mercredi 29 par Dans les forêts de Sibérie par William Mesguich, donné dans le cadre prestigieux de l’Abbaye de Châtres, à Sigogne.

En tout, sept pièces de théâtre vont se succéder jusqu’au 11 août, sous l’égide de Delphine Depardieu, nièce de son oncle et marraine du festival. Et les réservations "très très fortes", laissent à penser que, comme attendu, "à Jarnac, ça fait plaisir".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
théâtre culture déconfinement société économie festival événements sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter