Jeux olympiques de Tokyo 2021: Renaud Lavillenie accède à la finale du saut à la perche malgré sa blessure

Diminué par une blessure, le natif de Barbézieux-Saint-Hilaire et ex-recordman du monde, Renaud Lavillenie, a réussi à se qualifier pour la finale du saut à la perche qui se déroulera le mardi 3 août.

En qualification du concours de saut à la perche, Renaud Lavillenie s’est fait peur le 31 juillet 2021 au stade olympique de Tokyo. Il a tout d’abord manqué ses 2 premiers essais à 5,50 m, à l’entame de son concours. Le perchiste charentais a aussitôt fait l’impasse, mais s’y est pris à 3 fois pour passer les 5,65 m. "À un moment donné, je me voyais dans l'avion ce soir pour rentrer en France", avoue Renaud Lavillenie après coup. Mais il n’aura fallu qu’un seul essai à celui qui avait fait ses premiers pas sur la piste à Cognac pour passer les 5,75 m, lui donnant accès à la finale.

"Je n'ai pas eu un concours aussi dur depuis longtemps. J'étais dans une telle inconnue sur tellement de points, ce qui était à la fois très compliqué et en même temps très simple. Quand tu ne sais pas où tu vas, il faut juste y aller sans se poser de questions", réagit il à la fin des épreuves de qualification. Après avoir remporté l’or à Londres en 2012 et l’argent à Rio en 2016, il pourra tenter de ramener une nouvelle médaille olympique le 3 août 2021.

Si Renaud Lavillenie n'était pas aussi serein que d'habitude, c’est surtout parce qu’il est diminué. La blessure est arrivée au pire moment. À peine 3 semaines avant son entrée en lice dans les Jeux olympiques de Tokyo, Renaud Lavillenie s’est blessé à la cheville. Une rupture du ligament de la cheville gauche avec laquelle il doit composer de manière assez aléatoire selon les jours. "La semaine dernière, je suis resté deux jours sans courir. Ce qui est délicat quand vous êtes à deux jours de votre qualification", explique le double médaillé.

Lors des qualifications, il a réussi à surmonter la douleur mais ne sait pas ce qu’il en sera dans 3 jours et doit donc se préparer en conséquence. "Je vais faire le maximum pour que ma cheville soit la plus compétitive possible, assure Renaud Lavillenie. Je veux me mêler à la bataille. Je sais que j'ai beaucoup à gagner sur les trois prochains jours et cet aspect psychologique va beaucoup m'aider pour continuer de rêver à une troisième médaille olympique." Si son état physique semble aléatoire, sa motivation et son mental semblent, eux, intacts.   

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité