Saut à la perche. Renaud Lavillenie a affronté ses rivaux depuis son jardin

Renaud Lavillenie en février 2020 / © Frédéric Marquet, MaxPPP
Renaud Lavillenie en février 2020 / © Frédéric Marquet, MaxPPP

Ce dimanche 3 mai, le Cognaçais Renaud Lavillenie a pris part à un concours de perche depuis son jardin à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Il était opposé, à distance, au champion du monde américain Sam Kendricks et au prodige suédois Armand Duplantis, recordman du monde.
 

Par Nathan Vildy

Renaud Lavillenie et son jardin, c’est toute une histoire. L’ancien recordman du monde a installé un sautoir de perche à son domicile de Clermont-Ferrand. L’occasion parfaite pour lui de continuer à s'entraîner pendant le confinement.Il est alors tout à fait normal qu'il prenne part de son terrain de jeu à la compétition spécialement conçue pour le confinement : « The Ultimate Garden Clash » (le choc ultime des jardins, en anglais).
Ce dimanche, il a affronté à distance ses redoutables rivaux qui sautent aux Etats-Unis. L’Américain Sam Kendricks double champion du monde est à Oxford, dans le Mississippi. Le Suédois Armand Duplantis, qui a battu le record du monde de Lavillenie à seulement 20 ans, participe depuis Lafayette, en Louisiane. Depuis leurs jardins respectifs, les trois perchistes ont dû passer le plus de fois en 30 minutes une barre à 5 mètres.

"J'ai vu que mes amis Sam (Kendricks) et Mondo (Duplantis) avaient, comme moi, un sautoir de perche chez eux sans pouvoir faire de compétition. Je me suis alors dit que cela pouvait être amusant de s'affronter en direct" - Renaud Lavillenie, champion olympique de saut à la perche.

Lavillenie et Duplantis au coude à coude

Cette joute à jardins interposés tourne vite au duel entre le Français et Armand Duplantis. Alors que le prodige suédois se dirige vers la victoire, une faute à quatre minutes du terme a permis à Lavillenie de recoller. Au bout des 30 minutes, les deux perchistes sont finalement à égalité avec 36 sauts chacun. Cela représente plus d'un saut par minute, une performance majuscule. Sam Kendricks, lui, est plus en retrait avec 26 sauts.

La production de l'épreuve a alors laissé le choix aux deux perchistes de se départager avec trois minutes supplémentaires. Une proposition déclinée par le Cognaçais, bien fatigué, qui ne voulait pas prendre de risque. Tout le contraire de Duplantis, déçu de ne pas continuer. "Tu auras ta revanche !" a assuré, dans un sourire, Renaud Lavillenie. Le rendez-vous est pris.

 La compétition est à revivre sur la chaîne YouTube de la fédération mondiale d’athlétisme ou sur la page Facebook de Renaud Lavillenie :

Sur le même sujet

Les + Lus