Cognac. Un procès pour meurtre avec actes de torture et de barbarie aux assises de la Charente

Cinq personnes comparaissent devant la cour d'assises de la Charente à partir de ce 10 octobre. Trois sont accusées de meurtre avec actes de torture et de barbarie, deux autres de non dénonciation de crime. En avril 2019, un homme d'une quarantaine d'années avait été séquestré, torturé puis tué à Cognac.

Deux hommes et une femme sont accusés d'avoir d'avoir commis des actes de torture et des sévices sexuels avant de poignarder mortellement un homme de 41 ans dans un appartement du Vieux Cognac en avril 2019. Deux autres comparaissent pour non dénonciation de crime.

Des sévices et un meurtre sur fond d'alcool et de jalousie, dont certaines scènes filmées avaient été diffusées sur les réseaux sociaux. C'est la diffusion de ces images qui avait alerté les enquêteurs.

Au centre de l'affaire, Cathy Bichon, aujourd'hui âgée de 42 ans, mère de quatre enfants que la victime, originaire des Deux-Sèvres, avait rencontré par le biais des réseaux sociaux. 

Leur soirée arrosée dans son appartement de Cognac, en compagnie des quatre autres accusés, a viré au cauchemar pour cet homme qui a subit des sévices pendant deux jours et dont le corps a été retrouvé quelques jours plus tard en forêt.

Comprendre l'horreur

"Qu'est-ce qui fait que ces gens-là, qui apparaissent devant la cour comme monsieur et madame tout le monde, sont capable d'une telle cruauté ? Il y a sûrement une explication familiale, médicale, sociologique, il va falloir le découvrir, c'est tout l'enjeu de cette audience" commente maître Véronique Chabrier, avocate de l'un des accusés.

Les cinq accusés, qui se connaissaient avant les faits, étaient tous préalablement connus des services de police pour des faits de petite délinquance, actes de violences et délits routiers.

"Ce sont des accusés qui arrivent avec des fardeaux personnels qui peuvent peut-être expliquer l'enchainement macabre qui a amené au décès de la victime. En ce qui concerne Cathy Bichon, un parcours de vie particulièrement difficile. Elle n'a pas eu de père. C'est une femme qui a été marquée par des violences intra-familiales et conjugales." explique Lionel Béthune de Moro, avocat de la défense.

Ce premier jour d'audience sera consacré au rapport d'enquête de personnalité de Cathy Bichon, et à l'audition des premiers témoins de cette affaire.

La fille de la victime, qui s'est constituée partie civile, était pour cette première journée représentée par son avocat, maître Fréderic Hardy : "Ce qu'elle attend, c'est qu'on sache exactement ce qui s'est passé, ce qui est arrivé à son père" explique-t-il.

Les trois accusés ont tous reconnu les faits qui leur sont reprochés. Ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité