Coronavirus : à Confolens, Enedis se mobilise pour aider une entreprise à fabriquer des masques

À Confolens en Charente, le CEDIF, un atelier d'insertion doit fabriquer 6.000 masques de protection. Problème : son installation électrique n'est pas assez puissante. Enedis vient de réaliser les travaux pour lui permettre de travailler rapidement.

Un atelier d'insertion de Confolens fabrique des masques de protection
Un atelier d'insertion de Confolens fabrique des masques de protection © Stéphane Bourin, France télévisions
Les travaux étaient prévus depuis quelques temps, mais la crise sanitaire aura finalement servi d'accélérateur. Le CEDIF, un atelier d'insertion par l'activité économique de Confolens, en Charente, a reçu commande de la mairie pour la fabrication de 6.000 masques de protection pour les habitants de la commune.
Le chantier s'est terminé ce lundi
Le chantier s'est terminé ce lundi © Stéphane Bourin, France Télévisions.
Le problème, c'est que les installations électriques ne sont pas assez puissantes pour faire tourner toutes les machines en même temps. Il y a un atelier blanchisserie et un autre de confection. Mais ils ne fonctionnent jamais en même temps. Pour cette commande à livrer avant le 11 mai, il a donc fallu trouver une solution. Enedis est intervenu très rapidement pour mener à bien les travaux. 

C'est une activité classique pour Enedis, mais dans un contexte sanitaire très partuculier.
- Dominique Roger-Chatreau, directrice territoriale Enedis Charente

Pour la directrice de l'atelier d'insertion, Carole Hay-Cuénoud, l'augmentation de la puissance électrique permet de travailler à 100% sur les masques."Toutes les activités peuvent être menées de front."

Les ateliers tournent à 100% sur la fabrication des masques
Les ateliers tournent à 100% sur la fabrication des masques © Stéphane Bourin, France Télévisions.

Le maire, Jean-Noël Dupré, a demandé l'intervention rapide d'Enedis. L'enjeu est en effet de pouvoir distribuer, avant le 11 mai, deux masques dans chacune des boîtes aux lettres des habitants. "On s'est vite rendu compte que ça allait être compliqué de s'équiper en masques jetables."
L'objectif maintenant pour l'atelier d'insertion, est de fabriquer 1.000 masques par semaine d'ici à la date de début de déconfinement.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société économie énergie environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter