Cet article date de plus de 6 ans

Départementales : les enjeux en Charente

Le socialiste Michel Boutant, l'actuel président du Conseil général, se représente en binôme avec une écologiste, Maryse Lavie-Cambot, dans le nouveau canton de Val de Tardoire. Mais la droite, qui a présidé la Charente jusqu'en 2004, espère bien faire basculer le conseil général. 
En Charente, on compte désormais 19 nouveaux cantons là où il en existait 35. Le Front National est présent dans 16 de ces 19 cantons. 

38 conseillers départementaux seront élus au soir du 29 mars 2015, soit 3 de plus que le nombre actuel de conseillers généraux car désormais chacun des 19 nouveaux cantons est représenté par deux élus, un homme et une femme. 

Quelques inconnues demeurent sur l'issue du scrutin, alors que la droite, qui part unie -à une exception près- espère reprendre les rênes d'un département qu'elle dirigeait jusqu'à 2004. La gauche est également en ordre de bataille avec un bon coup politique joué par Michel Boutant, le président socialiste sortant, qui a négocié un accord avec les écologistes afin que ceux-ci ne se présentent pas face aux candidats socialistes sortants.

Malgrè tout, quelques couacs subsistent dans ce tableau. Dans le canton d'Angoulême 3, la gauche se présente totalement désunie avec deux liste socialistes (l'une officielle, l'autre officieuse menée par la candidate sortante qui n'a pas obtenu l'investiture du Parti Socialiste). Autre incertitude dans le nouveau canton de Charente-Vienne (ex-Confolens) et dispersion des voix à prévoir là où ce ne sont pas moins de 3 listes de gauche qui se concurrencent.

Au total, ce sont 154 candidats répartis en 77 binômes qui briguent les suffrages des électeurs charentais. Voici la présentation de l'ensemble des candidats sur cette carte interactive.



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique