• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

La Chezotte, en Creuse : un château de plus de 500 ans enfin ouvert au public

La forteresse du XVe siècle a été très bien conservée. / © Ariane Pollaert - France 3 Limousin
La forteresse du XVe siècle a été très bien conservée. / © Ariane Pollaert - France 3 Limousin

Le château médiéval de la Chezotte, à Ahun, en Creuse, a été déclaré monument historique en 1926. Mais ce n’est que depuis l'été 2019 que les propriétaires ont commencé à ouvrir les portes de la forteresse aux visiteurs. 

Par Ariane Pollaert

Reportage Ariane Pollaert et Nicolas Chigot
Intervenants : Michèle Giffault, historienne / David Millet, popriétaire.


C’est un trésor en pierres, longtemps resté confidentiel. Le château de la Chezotte, à Ahun, en Creuse, a traversé plus de 550 ans, sans presque prendre une ride !

Construite au milieu du XVe siècle, la forteresse appartenait à un grand officier : Jacques de La Ville, trésorier du comté de la Marche.
 
Jacques de La Ville, trésorier du comté de la Marche au XVe siècle, voulait faire de ce château un symbole de sa puissance. / © France 3 Limousin
Jacques de La Ville, trésorier du comté de la Marche au XVe siècle, voulait faire de ce château un symbole de sa puissance. / © France 3 Limousin


La solide structure en impose, encore aujourd'hui ! Dans le bâtiment d'origine, très peu modifié, les ouvertures étaient rares et étroites, pour prévenir les intrusions. Seule une petite porte permettait d'accéder à l'intérieur du château. Depuis, d'autres entrée ont été aménagées par les différents propriétaires. 

Les douves servaient à protéger l’édifice des envahisseurs et des brigands. Deux pont-levis, aujourd'hui remplacés par des ponts, gardaient l'entrée.

Michèle Giffault, historienne et ancienne conservatrice au Musée départemental de la tapisserie d’Aubusson, rappelle que l'édifice se construit durant la guerre de 100 ans.
 

La plupart des petits châteaux de la Marche, en Creuse, sont plutôt de la fin du XVe siècle : ils ont une allure de forteresse, mais la plupart n’ont jamais servi comme défense. Alors que le château de La Chezotte, on peut penser qu’il a servi aussi comme défense et qu’il n’était pas uniquement un château de prestige. (Michèle Giffault, historienne)


L'été 2019 marque la première année d'accueil du public. Les deux propriétaires, qui vivent ici durant l’année, tenaient à faire visiter l'édifice, classé monument historique en 1926.

La visite des salons du rez-de-chaussée étonne les visiteurs : du rouge, du jaune et du bleu vif habillent le mobilier. David Millet, le maître des lieux, précise que ces couleurs étaient très prisées au Moyen-Âge. 

Après avoir gravi les quatre-vingt-dix-sept marches de l’escalier en vis, on découvre quelques trésors cachés. Le chemin de ronde, qui entoure l’ensemble de la bâtisse, permettait aux sentinelles de contrôler les lieux et, au besoin, de faire usage des machicoulis.

La charpente impressionne particulièrement la petite dizaine de personnes.

Toutes ces poutres anciennes, datant du XVe siècle, c'est vraiment impressionnant ! (Une visiteuse)

Voir cette ossature, c'est épatant ! On a les engins maintenant, mais dans le temps... (Un visiteur)


Pour l'instant, seul le rez-de-chaussée est accessible au public. Les propriétaires espèrent pouvoir ouvrir le chemin de ronde aux visiteurs, le plus rapidement possible.

À l'extérieur, La Chezotte continue de dévoiler ses joyaux. À la fin du XVIIIe siècle, le domaine agricole a laissé place à un jardin à l’anglaise, qui s’étend sur 4 hectares.

"Le château est dans un état de conservation excellent", se félicite le propriétaire David Millet. Il a l'intention de conserver le château en l'état, "en tenant compte de ce qui a déjà été fait". 

Un voyage dans le passé qui réserve encore bien d’autres merveilles à découvrir. 


Pratique

Prochaines visites prévues :Renseignements au 06 40 81 20 99.
 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Réaction du directeur

Les + Lus