Cinéma : trois César pour le documentaire Adolescentes tourné en Corrèze

Adolescentes, le documentaire de Sébastien Lifshitz a décroché 3 récompenses lors de la 46e cérémonie des César qui s’est tenue ce vendredi 12 mars à Paris. Il était nommé dans 6 catégories et obtient notamment le César du meilleur documentaire.

Anaïs et Emma du documentaire "Adolescentes" à Brive
Anaïs et Emma du documentaire "Adolescentes" à Brive © MAX PPP Stéphanie Para

Le documentaire Adolescentes de Sébastien Lifshitz a décroché 3 récompenses lors de la 46e cérémonie des César qui s'est déroulée le 12 mars à l'Olympia à Paris.

Le documentaire, sorti début septembre 2020, retrace le quotidien de deux amies corréziennes, Emma et Anaïs, de leur 13 ans à la majorité : leurs questions de jeunesse et leurs études dans un lycée de Brive-la-Gaillarde. Avec ce film, Sébastien Lifshitz parle aux adolescents de notre époque. Ceux qui ont toujours connu les smartphones et les réseaux sociaux.

Meilleur film documentaire

"Je pense à Emma et Anaïs. Elles ont accepté la présence d'une caméra pendant cinq ans. Elles représentent la jeunesse, une jeunesse qui trinque aujourd'hui. Je dédie ce César à cette jeunesse en espérant que les beaux jours reviennent" a déclaré le réalisateur sur la scène de l'Olympia à Paris. 

Sébastien Lifshitz, réalisateur du documentaire "Adolescentes"
Sébastien Lifshitz, réalisateur du documentaire "Adolescentes" © PATRICK KOVARIK / AFP

Meilleur son

Récompense pour Yolande Decarsin, Fanny Martin, Jeanne Delplancq et Olivier Goinard : "Emma, Anaïs, c'était un plaisir de venir avec vous, dans votre vie d'adolescentesnous avons pris beaucoup de plaisir à travailler sur ce film".

Meilleur montage

500 heures d'images (rushes) pour 2h15 de film. Un travail énorme et une récompense à la clé pour la monteuse Tina Baz. 

Le film était également nommé pour :

Devant la caméra de Sébastien Lifshitz, Emma et Anaïs partagent leurs états d’âme, les moments forts passés avec leurs familles, leurs amis, les grands événements de ces dernières années comme les attentats, "Sébastien venait à peu près 30 jours par an, avec 2 ou 3 jours tous les mois ou tous les 2 mois, détaillait Anaïs à l’époque. Parfois, ce n'était pas du tout prévu qu'il vienne mais il se passait un truc particulier dans nos vies du coup il disait "Bon, demain je suis à Brive".

Si les deux jeunes filles appréhendaient la présentation du documentaire au public briviste lors de sa sortie en salles en septembre 2020, elles ont aujourd'hui passé un cap. Celui de voir Adolescentes nommé aux côtés d’autres chefs d’œuvres du cinéma, aux César.

Cette année, la 46e Cérémonie des César a été contrainte de se réinventer en raison de la période sanitaire actuelle. Seuls les nommés étant autorisés à se rendre à l'Olympia, Emma et Anaïs n'ont pu assister aux festivités. Une déception que les deux jeunes filles n'ont pas cachée.

Adolescentes déjà récompensé par le prix Louis-Delluc

Le 26 janvier 2021, le documentaire Adolescentes a fait mouche auprès du jury du prix Louis-Delluc, présidé par Gilles Jacob, "le film est une merveille de justesse et de sensibilité par un des plus grands documentaristes contemporains. Sébastien Lifshitz a montré aujourd'hui les territoires français comme peu de gens l'ont montré. Il rejoint Raymond Depardon ou Nicolas Philibert qui sont des grands documentaristes français aussi."

Garçon Chiffon : Nicolas Maury repart bredouille

Garçon Chiffon, le premier film du réalisateur haut-viennois Nicolas Maury, nommé dans la catégorie du meilleur film, seule catégorie dans laquelle il était nommé lors de cette 46e édition de la Cérémonie des César, n'a malheureusement pas décroché la récompense.

Sorti le 28 octobre dernier, Garçon Chiffon ne sera resté que 48 heures dans les salles obscures. 

Le 11 octobre dernier, le film avait reçu le prix du Public des 5e Rencontres Cinématographiques de Limoges. L'acteur-réalisateur, natif de Saint-Yrieix-la-Perche l'avait présenté au public quelques jours auparavant au Lido. Une présentation remplie de nostalgie puisque c'est au Lido que Nicolas Maury, alors élève au lycée Limosin à Limoges, a commencé à construire sa culture cinéphile.

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture