Confinement, nutrition et mauvaises habitudes : les conseils d'un médecin

La période de confinement est propice à l'apparition de nouveaux comportements, notamment le grignottage. Nous faisons le point avec  Stephanie d'Incau Bancaud médecin nutritionniste.

© AGIR POUR L'ENVIRONNEMENT
Depuis un mois le quotidien des Français a changé. Rester à la maison toute la journée, cela a une conséquence psychologique, mais aussi un effet  sur la façon dont on s'alimente. Le docteur Stephanie d'Incau Bancaud est médecin nutritionniste. Depuis le mois de mars, elle constate une augmentation des problèmes liés à l'alimentation chez ses patients.

C'est catastrophique. En ce qui concerne les personnes que je suis, huit sur dix ont repris du poids. Il y a une forte tendance au grignotage, les repas du midi et du soir sont plus élaborés et donc caloriques qu'en période de travail normale... et puis comme les enfants sont à la maison, beaucoup font des pâtisseries, mangent du sucré....
 

via GIPHY

Manger moins lourd, ne pas grignoter, la consigne semble claire, pourtant les choses ne sont pas forcément évidentes pour tout le monde, notamment les personnes en situation de fragilité.

C'est une période qui fait ressurgir les vieux démons de beaucoup de patients. En ce moment l'activité physique est à son minimum, alors ils ne sont pas fatigués et ont du mal à dormir. Les niveaux de stress sont hauts et certains se lèvent même la nuit pour manger.

Alors que faire pour éviter de collectionner les kilos d'ici la fin du confinement ? Bien évidemment , l'activité physique est importante, mais l'alimentation est déterminante :

D'abord il ne faut pas sauter de repas. Il est nécessaire de structurer son alimentation matin midi et soir, c'est ce qui permet d'éviter de grignoter. Ensuite, il est conseillé de manger des féculents à tous les repas, car grâce à eux la sensation de faim véritable sera apaisée. Et puis, pour finir, essayer de cuisiner plus léger, même ce n'est pas facile pendant cette période où beaucoup ont le moral à zéro.

via GIPHY

Attention, donc, à ne pas se réfugier dans la nourriture pour faire passer son stress ou son ennui... Certains attendent avec impatience la fin du confinement prévue le 11 mai. Pas de fausse joie, toutefois, là encore les choses pourraient être un petit peu plus compliquées que prévu : les habitudes, même fraîchement acquises, ont la vie dure....
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus : conseils pratiques santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter