Coronavirus : la distribution des masques a commencé dans des communes du Limousin

Même si le masque obligatoire ne sera pas généralisé lors du déconfinement le 11 mai, son port est fortement conseillé. Et afin d'aider leurs habitants à s'en procurer, certaines communes du Limousin ont commencé à en distribuer. 


 
Des masques fabrication maison
Des masques fabrication maison © Pixabay
Sur les réseaux sociaux, des habitants du Limousin partagent leur plaisir d'avoir découvert dans leur boîte aux lettres une enveloppe contenant des masques

C'est le cas de cette résidente de Nexon, en Haute-Vienne. Elle écrit: 

Moi je tenais juste a remercier le Maire de ma commune, Nexon. Ce matin au courrier, j'avais une lettre. Beaucoup vont sûrement critiquer. Mais je tenais à les remercier de ce geste. Et par cette publication j'espère que les maires des autres communes des alentours vont faire pareil pour chaque habitant de leurs communes.

 
4000 masques distribués à Nexon
4000 masques distribués à Nexon © Marie Capl

Anticiper la demande

A Nexon, le maire Fabrice Gerville-Reache n'a pas attendu l'annonce du déconfinement pour s'intéresser à la question du masque. 

Quand on a constaté les files d'attente devant les commerces de première nécessité, il nous a semblé assez vite que le port du masque allait être indispensable.

Les masques rapidement commandés à 1,60 euro pièce, ont été distribués gratuitement lundi 27 avril dans 1300 boîtes aux lettres de la commune, à raison de trois par foyer. Ils sont lavables et réutilisables une dizaine de fois.

Du porte à porte

A Limoges, 200 000 masques en tissu pour un coût de 600 000 euros ont été commandés et la distribution là aussi gratuite a commencé auprès des personnes âgées.

Elus et agents municipaux les remettent directement aux plus de 85 ans afin de leur en expliquer l'usage et le fonctionnement. Et leur démarche est bien accueillie :

J'ai cherché (des masques) mais je n'en ai pas trouvé, explique cet habitant de 95 ans. En pharmacie, il n'y a rien.

Si quelqu'un vient me voir, du coup je vais pas l'envoyer promener, se réjouit une autre nonagénaire, à la réception de son masque. 
 

Dans la commune, les 60-85 ans seront également livrés à domicile, à partir du lundi 4 mai.

Pour les moins de 60 ans, les modalités ne sont pas encore définies, mais ils devront se déplacer à partir du lundi 11 mai dans les antennes des mairies ou établissements municipaux.

Commandes ou fabrication locale

Certaines communes ont privilégié le "fabriqué local et bénévole" et là aussi la distribution des masques gratuits a commencé. C'est le cas à Saint-Victurnien ou à Saint-Priest-Taurion 

Dans d'autres, les commandes sont passées, et parfois arrivées, on n'attend plus que la distribution. Comme à Isle ou Ussel, où 10 000 masques seront offerts aux habitants.
 

Achat groupé


Parfois pour plus d'efficacité, les communes se sont regroupées via leur intercommunalité pour les achats de masques.

C'est le cas de 15 communes sur les 20 que compte le territoire de Limoges Métropole. 100 000 masques ont ainsi été commandés à une entreprise de Nouvelle-Aquitaine et sont arrivés ce jeudi 30 avril.

A titre d'exemple, la commune d'Aureil a ainsi réceptionné 1000 masques réutilisables.  
 
100 000 masques réceptionnés par les élus de Limoges Métropole pour 15 communes ce jeudi 30 avril
100 000 masques réceptionnés par les élus de Limoges Métropole pour 15 communes ce jeudi 30 avril © Hélène Valleix/Limoges Métropole


Il arrive aussi que des associations prennent directement les choses en main. Comme dans le village de Masgot, sur la commune de Fransèches dans la Creuse, où des bénévoles ont déjà fabriqué 800 masques

 
Dans quel cas le masque est-il obligatoire ?
Même s'il est dans tous les cas fortement conseillé, le port du masque est strictement obligatoire dans les situations suivantes : 
  • pour les professionnels de la petite enfance, dans les crèches par exemple
  • pour tous les collégiens
  • pour les enseignants quand ils ne peuvent pas respecter la distance d'un mètre avec leurs élèves
  • pour les chauffeurs de taxis, de bus quand il n'y a pas de vitre de protection
  • pour les usagers des transports en commun
  • pour entrer dans des commerces qui l'exigent
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société solidarité