Coronavirus : la plateforme de produits locaux de Nouvelle-Aquitaine, victime de son succès

Des confits prêts à être livrés / © Marielle Tadieu
Des confits prêts à être livrés / © Marielle Tadieu

Dès son ouverture ce matin, la plateforme solidaire du Conseil Régional a connu un énorme afflux de consommateurs. Plus de 40.000 personnes ont tenté de se connecter. Le site, qui met en relation producteurs et clients, fonctionne désormais, mais la navigation peut, parfois, être un peu ralentie.

Par Jean-François Géa

Le fournisseur d’accès a cru à une attaque informatique !

Dans un sourire, Anne Palczewski, directrice de l’Agence de l’Alimentation de la Nouvelle-Aquitaine, reconnaît que la plateforme solidaire des produits locaux a été victime de son succès ce matin.

Nous avons eu plus de 40.000 connexions en même temps. Le serveur a planté. Mais le site est de nouveau accessible, même s’il est encore un peu lent.

Un site internet saturé. La preuve sans doute que cette mise en relation entre producteurs et consommateurs était attendue. Espérée par les Néo-Aquitains confinés. 

Un trait d'union entre producteurs et consommateurs

Au soir du 30 mars, 28.700 consommateurs s’étaient déjà inscrits sur la plateforme. 

Ce que je ressens à la lecture de leurs nombreux messages, c’est que les consommateurs ont besoin, en cette période, d’être en contact direct avec les producteurs. Ils ont besoin de se faire livrer et envie de consommer local.
- Anne Palczewski


Le Vice-président du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine, le Périgourdin Jean-Pierre Raynaud, chargé de l’agriculture et de l’agro-alimentation, va plus loin :

Cela peut permettre aux urbains de redécouvrir des producteurs près de chez eux. Par le lien que la plateforme crée entre les agriculteurs et les consommateurs, elle peut contribuer à lutter contre "l’agribashing".


À ce jour, 1.200 producteurs se sont inscrits, prêts à livrer le fruit de leur travail. Un débouché supplémentaire pour les agriculteurs qui ont vu les marchés de plein air, fermer les uns après les autres, et qui voient leurs circuits de distribution habituels se réduire comme peau de chagrin. Les cantines scolaires sont fermées, les restaurants aussi.

Une nouvelle clientèle


Éleveuse de canards à Mézin dans le Lot-et-Garonne, Marielle Tadieu vit essentiellement de la vente directe à la ferme. Mais depuis 15 jours, on ne voit plus personne, déplore-t-elle.
Elle a donc décidé d’inscrire sa ferme de Gagnet sur la plateforme du Conseil Régional, dès son ouverture : 

Des gens vont pouvoir nous découvrir. Nous serons peut-être sollicités par des clients qui ne nous connaissent pas.
 

Elevage de canards de la ferme de Gagnet / © Marielle Tadieu
Elevage de canards de la ferme de Gagnet / © Marielle Tadieu
Dans son exploitation lot-et-garonnaise, Marielle Tadieu partage son activité entre la production de Floc de Gascogne et d’Armagnac et l’élevage d’un millier de canards.

Nous sommes habitués à travailler en réseau avec la chambre d’agriculture, les marchés de producteurs de pays… 
Nous fournissons déjà, les deux boutiques de producteurs de « La compagnie fermière » à Gradignan et Mérignac près de Bordeaux. On en profite à chaque fois, pour livrer des particuliers dans l’agglomération bordelaise.

Marielle Tadieu est prête à assurer les livraisons. Elle n’attend plus que les commandes.

Les premières commandes

Comme elle, des agriculteurs se sont portés volontaires dans les 12 départements de Nouvelle-Aquitaine. Eleveurs, Viticulteurs, cavistes, horticulteurs, mais aussi boulangers… 

Nous devons muscler l’offre en fruits et légumes.
- Jean-Pierre Raynaud 

L’élu périgourdin, président de l’Agence de l’Alimentation de Nouvelle Aquitaine, estime qu’il faudrait environ 2 000 producteurs, répartis sur l’ensemble de la grande région, pour satisfaire la demande. Les inscriptions sont toujours ouvertes.

À Douville, en Dordogne, entre Bergerac et Périgueux, le GAEC de Roussille a été l’un des premiers à se faire connaître.

Nous avons appris, très tôt, l’existence de ce projet régional par la chambre d’agriculture. L’info a beaucoup circulé dans le réseau agricole.

Vaches limousines du GAEC de Roussille / © François Molin
Vaches limousines du GAEC de Roussille / © François Molin
Et, ce matin, cet éleveur de brebis et de vaches limousines a enregistré ses trois premières commandes via la plateforme. 

Du boeuf et des merguez à livrer à Mérignac et Pessac dans la banlieue de Bordeaux. 

Trois commandes auxquelles s'ajoute un quatrième client potentiel, installé à Bordeaux centre :

Je dois lui envoyer flyers et tarifs, mais nous avons eu un bon contact au téléphone et j’y crois.
- François Molin

Il faut dire qu’avec son associé au GAEC de Roussille, ils sont rompus aux techniques de ventes à distance et de livraisons à domicile.
Chaque mois, depuis plusieurs années, ils quittent le Périgord pour livrer leurs colis alimentaires dans l’agglomération bordelaise

On donne rendez-vous à nos clients, sur la place de l’église et parfois on va chez les particuliers à Canéjan, Pessac, ou Bordeaux. 

Des clients rassurés

Confinement oblige, François Molin est prêt à déposer ses marchandises jusqu'au pas de porte de chaque client.

Nous avons une voiture frigo pour respecter la chaîne du froid. Dans la journée, nous ne voyons que nos bêtes et entre associés nous appliquons les gestes barrières. Nous gardons nos distances avec les clients pour limiter les risques de contamination.

Des mesures qui semblent rassurer les consommateurs. Depuis quelques jours, il a vu ses clients les plus fidèles augmenter le volume de leurs commandes :

La vache était vendue avant même d’aller à l’abattoir. 

Et à 10 jours de Pâques, malgré le confinement, les ventes d’agneaux sont stables par rapport à l'an dernier.

Au succès grandissant des AMAPdrive fermier, et autres magasins de producteurs s’ajoute aujourd’hui la plateforme solidaire des produits locaux de Nouvelle-Aquitaine

Un débouché supplémentaire pour les agriculteurs. Un moyen de rappeler aussi aux consommateurs urbains et confinés, que si les produits de la ferme sont aujourd’hui à portée de clic, ils seront demain, toujours, à portée de pas.
 

Sur le même sujet

Les + Lus