Coronavirus : quelles mesures pour le Limousin ?

A l'hôpital de Brive, le dispositif est déjà prêt. / © France 3 Limousin/Ali Martiniky
A l'hôpital de Brive, le dispositif est déjà prêt. / © France 3 Limousin/Ali Martiniky

Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine met en place une stratégie régionale déjà en vigueur en Limousin. Les hôpitaux de Brive, Guéret et Tulle sont prêt en cas d'arrivée du virus. Le CHU de Limoges, en 1e ligne dipose de toutes les mesures de prévention pour éviter la propagation...

Par Colyne Rongere

Depuis début janvier, l’Agence régionale de santé de la Nouvelle-Aquitaine table sur la mise en place d’une stratégie régionale pour limiter la propagation du coronavirus sur le territoire et assurer la gestion sanitaire dans les établissements hospitaliers.

Ces derniers jours, les 322 cas de COVID-19 confirmés en Italie, dans la région de Lombardie et en Vénétie ont accéléré les demandes d’Olivier VERAN, Ministre des Solidarités et de la Santé auprès des ARS de renforcer les mesures de précaution, l’organisation a ouvert une cellule de crise pour la région Nouvelle-Aquitaine.

Dans un premier temps, les actions de l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine prévoient de « détecter et de prendre en charge le plus précocement possible les cas et les personnes contacts, mais aussi de planifier la montée en puissance du système de santé pour faire face à l’évolution de la situation épidémiologique. »

En Limousin, les mesures sont en vigueur : le CHU de Limoges en 1e ligne, l’hôpital de Brive en 2e ligne et les hôpitaux de Guéret et Tulle sont prêts en cas d’arrivée du virus dans la région.

Travail avec les établissements de santé en Nouvelle-Aquitaine

Le CHU de Limoges est un des premiers établissements de santé de la région à avoir été habilité en cas d’arrivée du virus avec la mise en place de « plateau technique hautement spécialisé, opérationnel 7j/7 » en lien avec le service infectiologie.

L'hôpital de Brive est également prêt à recevoir des cas "possibles".
 
Coronavirus : l'hôpital de Brive prêt à faire face à une éventuelle propagation de la maladie
Après un 7e décès en Italie ce lundi 24 février, la France se prépare à une éventuelle épidémie. Le ministre de la santé a annoncé que 70 nouveaux hôpitaux supplémentaires sont activés pour prendre en charge des patients. L'hôpital de Brive rejoint celui de Limoges. Intervenants : Dr. Philippe Nauche Chef du service des urgences de l'hôpital de Brive, Dr. Grégoire Lambert de Cursay Chef de pôle médecine interne, rhumatologie, maladies infectueuses et tropicales - CH de Brive. Equipe : Colyne Rongère, Ali Martiniky, Marina Fillon. - France 3 Limousin


Les moyens nécessaires sont mis en place dans les établissements de santé de la région : le but étant de permettre aux patients d’être pris en charge rapidement et isolés des autres patients pour éviter de propager le virus, tout en garantissant la sécurité du personnel soignant.

Ces derniers doivent se munir de combinaisons, blouses, gants, masques et lunettes de protection en cas de soins effectués auprès d’un patient potentiellement atteint par le virus.
 

Des effectifs augmentés à 10%

L’ARS a demandé aux établissements qu’ils soient en mesure d’augmenter leur capacité d’accueil de 10%. C'est le cas à Brive notamment, avec la possibilité d'ouvrir le service infectiologie avec 53 lits supplémentaires.

Enfin, il sera demandé à toute personne reçue dans un établissement hospitalier si un séjour récent en Italie (Lombardie et Vénétie), à Hongkong, Macao, Singapour, Chine continentale et Corée du Sud a été effectué.

L’ensemble des établissements doit établir un circuit précis pour traiter les cas « possibles ».

Si un ou plusieurs cas sont confirmés, les personnes seront redirigées vers des établissements dotés de services maladie infectieuses et tropicales et/ou réanimation pour les cas extrêmes.

Les mesures du ministre engagent chaque hôpital à permettre impérativement la prise en charge totale des cas confirmés jusqu’à la guérison et infirmation des tests au sein de l’établissement.

Le CHU de Bordeaux est actuellement en mesure de réaliser des tests diagnostiques, rapidement renforcé par les services des CHU de Limoges.

Enfin, si une personne contact est effectivement porteuse du coronavirus, la cellule régionale de Santé publique France met en place des mesures de précautions autorisant l’isolement à domicile de la personne jusqu’à la fin de la période d’incubation du virus, à savoir 14 jours.

Mesures de prévention dans le milieu scolaire

Les mesures de précaution face à une potentielle arrivée du COVID-19 sur le territoire sont à respecter dans le contexte personnel et professionnel.

Le rectorat de Limoges a diffusé ces mesures auprès des chefs d’établissements.

Pour diminuer les risques de maladies, toute personne ayant effectué ou ayant été en contact avec une personne ayant voyagé en Italie, en Chine continentale et dans l’ensemble des pays concernés par des foyers du virus sont soumises à plusieurs recommandations :
  • Se laver les mains régulièrement et utiliser des gels hydro-alcooliques.
  • Porter un masque chirurgical face à une autre personne ou en cas de sortie.
  • Pour les étudiants ou les travailleurs : privilégier le télétravail et éviter les lieux dits publics (cantine, ascenseurs, etc.)
  • Consulter sa température à deux reprises dans la journée
  • Surveiller les symptômes d’infection respiratoire

Pour autant il est conseillé de ne pas céder à la panique en se rendant systématiquement dans les hôpitaux. Les services hospitaliers engagent à composer le : 15 dans un premier temps.

Un numéro vert a été mis en place pour répondre à vos questions :  0 800 130 000.

 

Sur le même sujet

Les + Lus