Un accord trouvé à l’aire d’accueil des gens du voyage de Cana, à Brive

Les protagonistes sont tombés d’accord ! La vingtaine d’occupants de l’aire d’accueil du quartier de Cana ont à nouveau accès à l’eau et à l’électricité. La ville de Brive les autorise à rester 15 jours supplémentaires.
© France Télévisions

La situation vient tout juste de se débloquer. Peu de temps après la diffusion, mercredi 10 juin, de ce reportage sur France 3 Limousin, Bertrand Auplat, bénévole de l’association CdRoms, a reçu le coup de fil qu’il espérait : celui qui lui apprend qu’une solution provisoire est enfin trouvée. L'eau a été rétablie vendredi 12 juin en fin de matinée, en échange de l'engagement qu'ont pris les gens du voyage de quitter les lieux avant la fin du 29 juin. L'éléctricité est à ce jour toujours coupée en raison de la dangerosité de sa mise en service suite à des dégradations sur le site.

Polémique sur une aire des gens du voyage à Brive ©France Télévisions 10.06.2020

Depuis lundi 6 juin, il n’y avait plus d'eau ni d'électricité sur l’aire de Cana, l'une des deux aires d'accueil des gens du voyage de l'agglomération de Brive. La commune avait fermé les compteurs en attendant de voir vider les lieux pour effectuer ses opérations d'entretien annuel.

"Pour pouvoir nous permettre de faire des travaux et d’accueillir à nouveau les gens du voyage dans des conditions correctes" explique Dominique Eyssartier, élue en charge de la sécurité à Brive. De leur côté, les familles sur place ont manifesté leur souhait de rester sur place.

"Les aires d’accueil doivent rester ouvertes !", voilà ce qu’a affirmé Bertrand Auplat dans le reportage de notre équipe de France 3 Pays de Corrèze en s’appuyant sur un texte du Ministère de la cohésion des territoires qui précise "on ne doit pas mettre des familles en situation d'errance, ce qui créerait d'autres difficultés". De quoi intéresser l’ARS et la sous-préfecture de Brive dont l’intervention aura permis de mettre fin à la polémique et de trouver une solution provisoire pour les familles.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société gens du voyage