Au coude à coude dans les travées de la Foire du livre de Brive

Publié le Mis à jour le

Obtenir une dédicace auprès d’un auteur à la Foire du livre de Brive, c’est du sport. La foule des grands jours, dense, compacte, est partout. Il faut s’armer de patience.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022
Les travées de la Foire du livre de Brive sont comme prises de folie. Partout, des visiteurs s’agglutinent contre les étals des maisons d’édition. L’édition 2017 ne fait pas exception, victime de son succès.

"Attendre 1h30 pour un livre, c’est trop !"

L’anarchie qui règne dans la queue pour Laëtitia Milot a fait perdre patience à Valérie. "Voilà 1h30 qu’on attend ! 1h30 pour un livre, c’est trop !",  peste la quadragénaire, pour qui cette première visite risque bien d’être la dernière. Elle se l’est  promis : "Plus jamais !".

Il faut dire qu’elle cumule, notre Laëtitia. Elle est née à Limoges, a passé son enfance en Limousin, c’est donc une enfant du pays, elle est une auteure à succès et puis bien sûr, elle est connue pour son rôle dans la série Plus Belle la Vie. Ses admirateurs sont nombreux et les deux employés de la mairie en gilet fluo jouent les services d’ordre face à son stand ont toutes les peines du monde à contenir la foule.

"Les visiteurs étaient couchés sur mon stand"

Son voisin, l’essayiste Paul Ghezi, doit faire le ménage devant son propre stand. "Quand je suis arrivé, les gens étaient couchés dessus", raconte-t-il estomaqué. Ses exemplaires de Brassens et l’amour disparaissent derrière une foule compacte, prête à jouer des coudes pour apercevoir Laëtitia Milot.

"On adore les livres de Michel Bussi, attendre 30 minutes pour une dédicace, c'est raisonnable"

Nathalie, Ludivine, Maeva et Virginie ont retrouvé le sourire. Après Sophie Tal Men, Katherine Pancol et Laëtitia Milot, ces habituées de la Foire finissent leur grand tour avec Michel Bussi. "On adore ses livres ! Dès qu’on en commence un, on ne le lâche plus alors attendre trente minutes pour le rencontrer et échanger deux mots avec lui, c’est raisonnable", assure Nathalie.

"Trouver de nouveaux lecteurs, c’est une expérience hors du commun"

Perdu entre deux grosses maisons d’édition, Philippe Mathy, qui a remporté le prix Mallarmé 2017 pour son recueil de poèmes Veilleur d’instants, trouve son compte dans cette hystérie collective. "Grâce à mon prix, les gens viennent à moi. J’ai la chance de trouver de nouveaux lecteurs, c’est une expérience hors du commun ! Un vrai bonheur", lâche-t-il, enthousiaste.

durée de la vidéo: 01 min 52
A la chasse aux dédicaces ©France 3