Brive : l'affaire de la sexagénaire jugée pour proxénétisme mise en délibéré

Palais de justice de Brive (Corrèze) / © France 3 Limousin
Palais de justice de Brive (Corrèze) / © France 3 Limousin

Ce jeudi 28 novembre 2019, à Brive-la-Gaillarde en Corrèze, s'est tenu un procès attendu : celui d’une Briviste de 67 ans, accusée d'avoir loué onze appartements à des prostituées venant d’Espagne et d’Amérique latine. L'affaire a été mise en délibéré au 9 janvier 2020. 

Par Hélène Abalo

Une femme âgée de 67 ans a été appelée à la barre ce matin, 28 novembre 2019, devant le tribunal correctionnel de Brive (Corrèze). Cette retraitée poursuivie pour proxénétisme, soupçonnée d'avoir loué onze appartements situés dans 3 immeubles différents à Brive à des prostituées entre novembre 2016 et juin 2019, en toute connaissance de cause. Sa fille, son gendre, son compagnon et un ami de la famille comparaissaient également. 

 

L'audience qui a duré plus de sept heures, s'est déroulée dans un climat particulier : la présidente a exhumé d'anciennes conversations téléphoniques entre la sexagénaire et les 4 autres prévenus. Des conversations qui les accablent. On les entend tenir des propos très "verts et fleuris" à propos des locataires des 11 appartements brivistes. La défense contre-attaque : "La prévenue utilise ce langage très souvent et puis ce n'est pas marqué sur la tête des gens qu'elles sont prostituées".

L'activité était très lucrative puisqu’en juin dernier une perquisition avait permis de saisir 40 000 euros d’argent en liquide et plus de 4kg d’or dans un coffre-fort. Les trois immeubles appartenant à la retraitée briviste ont également été saisis ainsi que plusieurs comptes bancaires.

Ce réseau de prostitution était implanté depuis plusieurs années. Dès 2016, il avait attiré l’attention des forces de Police en raison notamment de plusieurs plaintes de riverains. 

La femme avait été interpellée, avec ses 4 complices, le 17 juin 2019, après une longue enquête conduite par une vingtaine d’enquêteurs du commissariat de Brive et du groupement d’intervention régional. 

L'affaire a été mise en délibéré au 9 janvier 2020.  

 

 

Sur le même sujet

Les + Lus